Coopération institutionnelle : Grâce à l’appui financier du PNUD-Bénin, les capacités des acteurs de la chaîne des marchés publics de l’Assemblée nationale, renforcées

Photo : La Représentante Résidente par intérim du PNUD au Bénin, Ginette Mondongou Camara (M), à sa droite, le président de l’Assemblée nationale du Bénin, Col Louis Gbèhounou Vlavonou, vendredi 6 décembre, à Grand-Popo


Fin, ce week-end, du séminaire de renforcement des capacités des acteurs de la chaîne des marchés publics de l’Assemblée nationale. Ce séminaire qui se veut le creuset d’échanges et de formation, a été organisé par l’Institut Parlementaire du Bénin (IPAB). Pour sa réussite, le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) au Bénin a décidé de l’appuyer financièrement. Cet appui a été possible grâce au projet PARCPOGE. La cérémonie d’ouverture des travaux a été placée sous la présidence du président de l’Assemblée nationale, Col Louis Gbèhounou Vlavonou. C’était ce vendredi 6 décembre à l’Hôtel Millénium Popo Beach d’Agoué, dans la commune de Grand-Popo, département du Mono, au Sud-ouest du Bénin. Elle a connu la présence de la Représentante Résidente par intérim du PNUD au Bénin, Ginette Mondongou Camara. Également des différents cadres parlementaires de la huitième (8ème) législature dont le Premier-questeur, Boniface Yèhouétomè et aussi du Directeur de l’IPAB, Fiacre Vidjingninou.

Pour le locataire du Palais des Gouverneurs à Porto-Novo, la capitale du Bénin, en appuyant ce séminaire, le PNUD partage la vision de la deuxième institution du pays sur la question de la bonne gouvernance économique. « (…) Il obéit à notre vision qui consiste à engager de manière significative, la 8ème législature du Parlement dans une bonne gouvernance économique et à l’optimisation des dépenses publiques. », a déclaré Col Louis Gbèhounou Vlavonou. Mais le principal partenaire au développement a d’autres raisons qui expliquent son geste. « Aguerrir les acteurs de la chaîne de passation des marchés publics de l’Assemblée nationale pour plus d’efficacité dans l’exécution du budget. », a avancé Ginette Mondongou Camara. Au regard de l’attachement du N°1 du perchoir de l’hémicycle béninois au respect des exigences de la loi 2019-11 portant renforcement de la gouvernance publique afin de garantir une gestion de type nouveau au Parlement, la Représentante Résidente par intérim du PNUD au Bénin a « félicité le président de l’Assemblée nationale pour ses efforts dans le processus d’optimisation des dépenses publiques de l’institution parlementaire ».

Il convient de relever que deux jours durant, les participants, à savoir les acteurs intervenant dans la chaîne de passation des marchés publics de l’Assemblée nationale, ont été aguerri et sorti avec 8 outillés :

  1. les principes généraux, le cadre juridique et institutionnel des marchés publics ;
  2. les étapes et modes de passation ;
  3. les seuils des marchés publics ;
  4. les phases de passation et de contrôle des marchés publics ;
  5. les techniques d’évaluation des offres ;
  6. la gestion des contrats ;
  7. le règlement des litiges ; et enfin
  8. les sanctions prévues dans ce cadre en République du Bénin.

S’il est encore important de le rappeler, ce séminaire est la volonté manifesté du Nouveau Départ qu’incarne le premier législateur béninois, Col Louis Gbèhounou Vlavonou, de revoir la gestion par ces outils supra mentionnés des ressources financières. Synonyme pour le haut lieu de la politique béninoise de (obligatoirement) jouer sa partition dans la lutte contre la corruption. Ceci, en garantissant aux fonctionnaires de l’Assemblée nationale une bonne maîtrise des règles qui régissent la passation des marchés publics. C’est bien un défi pour le Parlement huitième (8ème) législature que dirige avec méthodologie et grandeur, le fils d’Ifangni, dans le département du Plateau, au Sud-est du Bénin.

Laisser un commentaire

Abonnez-vous au fil d'information