Press "Enter" to skip to content

France : la réforme Blanquer de l’Éducation Nationale fait descendre plusieurs milliers d’enseignants dans tout le pays

Si au Bénin, les syndicats d’enseignants ne peuvent plus appeler à manifester, eh bien en France, c’est encore possible. Et là-bas, les enseignants sont en colère. En grève depuis plusieurs jours, ces fonctionnaires se mobilisent contre la « réforme Blanquer ». Ce samedi 30 mars, les syndicats d’enseignants ont appelé à manifester partout dans le pays. Un appel bien suivi car les enseignants étaient plusieurs milliers partout en France, à l’appel de leurs syndicats. Ils protestent contre la « réforme Blanquer », du nom du ministre de l’Éducation Nationale.

Selon la presse française, d’après le Snuipp-FSU, premier syndicat dans le primaire, les manifestants étaient près de 3.000 à Lyon ; 2.500 à Nantes ; 2.000 à Toulouse ; 2.000 à Rennes ; 1.100 à Clermont-Ferrand ; 800 à Niort ; 500 à Poitiers, Montpellier, Metz ; 500 à Périgueux ; et 450 à La Roche-sur-Yon. Près de 14.000 manifestants à la mi-journée selon les syndicats.

La pomme de discorde

L’un des points de désaccord porte sur « l’école de la confiance », qui suscite la défiance du monde enseignant français. Les syndicats contestent notamment l’article 1 du projet de loi, qui mentionne le devoir d’ « exemplarité » des personnels de la communauté éducative. Pour certains, c’est tout simplement un moyen de rappeler à l’ordre ou de sanctionner des enseignants qui critiqueraient l’institution. Le vote de l’instruction obligatoire à trois ans fait également grincer des dents, en obligeant les municipalités à financer la mesure pour les maternelles privées.

Mais c’est un amendement au « projet de loi Blanquer qui a mis le feu aux poudres. À en croire la presse française, si ce projet de loi est adopté, il donnera naissance à des « établissements publics des savoirs fondamentaux », dont l’objectif sera de rassembler en une seule entité un collège et une ou plusieurs écoles du même secteur. Ce qui fait redouter à certains enseignants, la disparition des directeurs d’école. Il faut rappeler que le texte a été voté le 19 février 2019 par l’Assemblée nationale française et doit encore passer en mai prochain devant le Sénat.

Be First to Comment

Laisser un commentaire

Mission News Theme by Compete Themes.