Press "Enter" to skip to content

Législatives 2019 : l’USL qualifie le scrutin du dimanche 28 avril 2019 au Bénin de « simulacre d’élection »

En vertu d’une nouvelle loi électorale au Bénin, l’opposition ne s’est pas qualifié pour participer aux élections législatives du 28 avril 2019. Le pays reconnu pour son modèle démocratique considéré comme un laboratoire de la démocratie en Afrique de l’Ouest, a été aux urnes ce dimanche pour renouveler son parlement. Ce dimanche, le Bénin a commencé à écrire une autre page de son histoire politique avec un scrutin législatif sans la participation de l’opposition, où les béninois n’avaient qu’à choisir entre deux partis politiques parrainés par le chef de l’État béninois, Patrice Talon.

Juste quelques heures après ce scrutin historique, un parti de l’opposition béninoise a donné de la voix et a qualité le scrutin de « simulacre d’élection ». À travers un communiqué, le parti Union Sociale Libérale (USL) de Sébastien Ajavon, l’homme venu en troisième position lors de la dernière présidentielle au Bénin et en exil pour avoir été condamné à Porto-Novo par la Cour de Répression et des Infractions Économiques et du Terrorisme (CRIET) à 20 ans de prison dans une affaire de cocaïne, une affaire sur laquelle la Cour africaine des droits de l’homme et des peuples (CADHP) a fait injonction à l’Etat béninois, il y a exactement un mois le 29 mars 2019, d’annuler la décision de condamnation rendue par la CRIET et « d’en effacer tous les effets ».

Voici l’intégralité du communiqué lu par le Délégué général de l’USL, Joël Hervé Ajavon, ce dimanche 28 avril 2019.

Communique-USL-Elections-legislatives-2019

 

Be First to Comment

Laisser un commentaire

Mission News Theme by Compete Themes.