Press "Enter" to skip to content

BAC 2019 : la ministre Marie Odile Atanasso lance officiellement les épreuves écrites pour les 100.017 candidats, à Akpro-Missérété ce mercredi 

(Photo : Marie-Odile-Atanasso, ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique – Source : Présidence de la République)


Les « Fake News » n’ont pas pu empêcher le gouvernement du Bénin et les autorités de l’office du Baccalauréat de respecter la date régionale de l’organisation de l’examen du Baccalauréat au Bénin. Ce mercredi 19 juin, démarre sur le plan régional, c’est-à-dire dans l’espace de l’Union Économique et Monétaire Ouest-Africaine (UEMOA), l’examen du Baccalauréat. Le Bénin est à l’heure au rendez-vous. Et à ce propos, ils sont au total 100.017 candidats, répartis dans 142 centres de composition retenus sur toute l’étendue du territoire national. Au rang de ceux-ci, on compte 33.952 filles. Ce nombre de candidats inscrits sur le plan national à l’assaut du premier diplôme universitaire est nettement inférieure à celle de l’année dernière qui était de 106.499 candidats. Soit une baisse de 6,08% comparativement à 2018, selon les détails du Directeur de l’Office du Baccalauréat (DOB), Alphonse da-Silva ce mardi 18 juin au siège de l’office à Cotonou.

À l’en croire, beaucoup de choses ont évolué cette année dans l’organisation et du déroulement du Baccalauréat session unique de juin 2019. « Le BAC 2019 va regrouper un nombre assez important de candidats. Nous avons trois nouveaux centres qui ont été créés. Il s’agit du CEG Athiémé, du CEG Akpro-Missérété et du CEG Les Pharaons. Nous avons en tout, 10 centres de correction qui fédèrent tous les centres de composition du BAC », a expliqué le DOB concernant, notamment la création de nouveaux centres de composition. Pour ce qui est lié aux dispositions prises par l’institution chargée d’organiser les examens du BAC au Bénin, en matière de proximité des centres de composition aux candidats, il faut noter que les petits plats ont été mis dans les grands . « Dans les centres de composition, la DOB sera délocalisée. Il y aura la réception des copies, le secrétariat sur les copies, la correction des copies, la délibération et la proclamation des résultats. Toutes les cantines sont déjà en bonne position », a annoncé Alphonse da-Silva.

Alphonse da-Silva, tel un sauveur des enfants

Ne voulant pas prendre le risque de mettre les candidats dans les salles de composition dans un centre où la ville dans laquelle il se trouve est sous une tension dont le calme revient peu à peu grâce aux mesures sécuritaires prises par le gouvernement du Bénin, le DOB a pris une décision salutaire dans l’intérêt des candidats. Il a fait savoir que le centre de composition de Tchaourou, est délocalisé. « Le seul centre que nous avons choisi délocaliser pour raison de sécurité, dans l’intérêt des candidats, c’est le centre de Tchaourou. Nous sommes en communication avec les autorités locales pour que tout se passe très bien », a assuré Alphonse da-Silva. Il a d’ailleurs exprimé son souhait en ce faisant. « Nous voulons des mentions Très-bien », a émis le premier responsable de l’organisation du Baccalauréat au Bénin.

Il est à préciser que ce mardi au siège de l’office du Baccalauréat à Sainte Rita, à Cotonou, le DOB était assisté de la ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique. Vu que c’est la veille du démarrage de l’examen du Baccalauréat, la ministre Marie Odile Atanasso n’est pas allée par quatre chemins pour s’adresser aux principaux intéressés, les candidats et candidates . « Vous êtes à présent prêts et prêtes pour affronter et réussir les épreuves écrites de la session normale. Prenez vos dispositions pour être prêts sur le plan moral, matériel et sanitaire. C’est dans la perspective d’un baccalauréat réussi, cette année, que je vous souhaite pour vous, de bonnes mentions, surtout des mentions très-bien », a émis la ministre.

En conviant ainsi les futurs étudiants à honorer les efforts engloutis dans le système éducatif béninois qui s’est expliqué cette année académique sans grève, ceci pour l’amélioration d’un enseignement de qualité, la ministre Marie-Odile Atanasso a, dans ce sens, rendu un vibrant hommage aux acteurs éducatifs béninois, notamment les syndicats d’enseignants. Elle a exprimé toute sa reconnaissance envers ces derniers pour leur sens de responsabilité bien élevé qui a conduit au climat apaisé de l’année académique 2018-2019. Les 100.017 candidats, 72 heures durant, auront à affronter les épreuves écrites du Baccalauréat. Il faut préciser que c’est le département de l’Ouémé, plus précisément le CEG 1 d’Akpro-Missérété qui verra la ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, Marie-Odile Atanasso, en présence des autorités communales et locales, procéder au lancement officiel des épreuves écrites du Baccalauréat session unique de juin 2019.

Be First to Comment

Laisser un commentaire

Mission News Theme by Compete Themes.