Press "Enter" to skip to content

Nigeria – Bénin : qu’est-ce que Patrice Talon a déjà respecté et ou pas encore des dessous de son tête-à-tête avec Buhari le 20 juin dernier ?

(Photo : Les Présidents Patrice Talon et Muhammadu Buhari au cours d’une visite officielle du chef d’État béninois au Nigéria)


Le 20 juin dernier, le chef de l’État béninois Patrice Talon s’était rendu à Abuja au Nigeria. À Aso Rock, la résidence présidentielle à Abuja, le dirigeant béninois avait eu au cours d’une audience un long tête-à-tête avec son homologue nigérian Muhammadu Buhari. Surnommé « Baba Go Slow », ce qui signifie « Monsieur va lentement » au Nigeria, Muhammadu Buhari n’a pas été du tout « slow » avec Patrice Talon dans leurs échanges. Sortant du protocole diplomatique, le chef de l’État nigérian, selon nos sources, a réagi vivement contre les accusations dont ont fait l’objet ses compatriotes vivants au Bénin, notamment à propos des violences qui ont déchiré la ville de l’ancien président béninois Thomas Boni Yayi et aussi les villes environnantes comme Savè, au centre-nord du Bénin durant la semaine du lundi 10 juin.

Étant le président en exercice de la Communauté Économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), à titre de quoi il a même présidé le 55ème sommet des chefs d’États et du gouvernement de la communauté ce week-end à Abuja, le dirigeant nigérian s’est fait le porte-parole de la France, des États-Unis et surtout des États de l’Afrique Occidentale pour indiquer à son homologue béninois que la Communauté internationale « était très inquiète de l’apparition d’un foyer de tension au centre-nord du Bénin ». Muhammadu Buhari a donc invité Patrice Talon à quatre grandes recommandations. La première, à savoir « la levée du blocus autour du domicile de l’ancien président béninois Thomas Boni Yayi », dès son retour à la Marina à Cotonou, Patrice Talon l’a fait.

Qu’est-ce que Patrice Talon n’a pas encore respecté ?

En dehors de l’invitation de Muhammadu Buhari à lever le blocus autour du domicile de l’ancien président béninois Thomas Boni Yayi, le président nigérian a également invité son homologue béninois à :

  1. libérer les prisonniers politiques ;
  2. faciliter le retour des exilés politiques et enfin ;
  3. lancer au plus vite un dialogue national.

Ce sont bien là ces recommandations que le chef de l’État béninois Patrice Talon n’a pas encore respecté pour l’heure qu’on puisse dire. Car, depuis son retour le 20 juin dernier d’Abuja, Patrice Talon ne s’est pas encore prononcé sur ces trois points de l’invitation du président nigérian Muhammadu Buhari. Mais s’il fallait encore le rappeler, le Père de la Nation béninoise dans son Message à la Nation du 20 mai dernier, avait exprimé sa main tendue pour un dialogue politique de toute la classe politique du Bénin. Une main tendue que refusent d’accepter certains partis politiques de l’opposition, et d’autres qui disent vouloir l’accepter sous conditions. Il est à préciser que les élections législatives du 28 avril 2019 avaient été marquées par l’absence de l’opposition.

Be First to Comment

Laisser un commentaire

Mission News Theme by Compete Themes.