Press "Enter" to skip to content

RAVIP : l’opération de recensement des béninois disposant d’acte de naissance sans souche démarre ce jour 

Chaque béninois, un acte de naissance. C’est bien le souci du gouvernement du Bénin et de son chef, le président Patrice Talon depuis trois ans à la tête du pays. Dans sa politique de doter le Bénin d’un registre d’État civil fiable, sécurisé et moderne, le chef de l’État béninois, Patrice Talon a élaboré le Projet de Reconstitution des Actes de Naissance (PRAN) piloté par le Recensement Administratif à Vocation d’Identification de la Population (RAVIP). L’opération de ce projet a connu une première phase. Ce mardi 2 juillet, l’opération de la reconstitution des actes de naissance sans souche, entre dans sa phase active. Ce mardi donc, ils sont priés, tous les béninois ayant un acte de naissance dont la souche a été détruite, altérée, disparue ou s’est révélée inexistante de se rendre dans les arrondissements des communes sur toute l’étendue du territoire national, pour se faire recenser. Il en est de même pour toute personne ayant un jugement supplétif dont le procès-verbal n’existe plus.

Une occasion unique

Conformément aux dispositions de la loi N°2018-26 du 03 août 2018 portant autorisation d’enregistrement à titre dérogatoire à l’état civil en République du Bénin et son décret d’application, cette opération est une occasion sans pareille. C’est qui est à retenir du point de presse animé ce lundi 1 juillet à Cotonou par le président du comité technique de pilotage du RAVIP, Jean Aholou, en présence du Secrétaire général Adjoint du Gouvernement (SGAG) du Bénin, Cyrille Gougbedji et du Directeur général de l’État Civil (DGEC), Abdon Marius Mikpon’aï. « Il s’agit là, d’une occasion unique pour les concernés d’éviter la procédure judiciaire normale. », a affirmé Jean Aholou. Selon lui, avec le PRAN, le Bénin réalise une grande avancée dans la modernisation de son état civil. « (…) Car l’opération d’enregistrement ne prendra que 2 mn », a mentionné Jean Aholou. Le gouvernement met l’accent sur la nature de l’opération. « L’opération d’enregistrement est entièrement gratuite. », a précisé Cyrille Gougbedji. Du côté de la Direction Générale de l’État Civil (DGEC), pour favoriser un bon déroulement de l’opération, la DGEC et les autorités locales, sont en parfait harmonie. « Nous sommes en étroite collaboration avec les chefs service d’état civil des communes pour le bon déroulement de l’opération. », a fait savoir Abdon Marius Mikpon’aï.

En conclusion du point de presse, il est important de relever que le document administratif (l’acte de naissance) qui sera issu du PRAN, est sans nul doute un acte de naissance sécurisé, infalsifiable et dématérialisé. Le PRAN donne également l’opportunité d’obtenir l’extrait sans forcément se déplacer vers sa commune de naissance. Notons que l’opération prend fin le mercredi 17 juillet prochain.

One Comment

Laisser un commentaire

Mission News Theme by Compete Themes.