Press "Enter" to skip to content

Union Africaine (UA) : la réforme du système éducatif du continent en gestation

(Illustration : Emblème de l’Union africaine)


L’éducation sur le continent, notamment sa qualité, préoccupe au plus haut sommet de l’Afrique. En cause, l’Union Africaine (UA) envisage d’instituer un cadre continental de qualification des enseignants. Pour ce faire, l’organisation africaine veut rester sur la base des résultats de son étude qu’elle a eu a mené, à savoir « La formation des enseignants : Conditions de travail et de vie en Afrique ». A en croire l’UA, entreprendre cette reforme entre dans le cadre de la Stratégie continentale de la vieille organisation du continent pour l’éducation en Afrique (CESA 16-25). L’objectif visé est de créer une qualification d’ « enseignants sans frontières ». Derrière cet objectif, la vieille dame affiche sa volonté de standardiser les enseignements sur le continent. Réaliser ce projet, implique pour l’Union Africaine de reprendre l’examen de la formation des enseignants. Ce qui fait appel à une condition minimale d’admission à la profession : celle d’un diplôme universitaire de base. Il convient de noter que le projet de l’UA recommande vivement « la révision systématique des programmes de formation des enseignants chaque quinquennat », mais et aussi « la création d’écoles de formation continue ». A l’endroit des chefs d’État du continent, l’étude du projet préconise deux importantes lignes de réformes de l’UA :

  1. faciliter la mobilité des enseignants au niveau régional, et même continental ;
  2. adopter des pratiques pour encourager la motivation et le professionnalisme des enseignants et l’harmonisation des cours de préparation initiale, avant la spécialisation.

Dans l’idée de l’UA, la concrétisation de ces réformes va remarquablement améliorer d’une part la qualité des enseignements, et d’autre part la qualité et la quantité des enseignants. Faut-il le rappeler que concernant les carences des enseignants qualifiés, bon nombre de pays africains comme le Bénin, confient l’éducation de leur pays à des enseignants non formés, communément appelés au pays de Patrice Talon les « enseignants vacataires ». Ce qui n’est pas le cas à l’est du Bénin où son grand voisin, le Nigeria de Muhammadu Buhari affiche des efforts louable où les 100% des enseignants du pays sont formés. Soulignons que le Nigeria est la première puissance économique du continent.

Be First to Comment

Laisser un commentaire

Mission News Theme by Compete Themes.