Press "Enter" to skip to content

États-Unis : un réseau international de 80 escrocs, dont principalement plusieurs nigérians, démantelé

(Illustration : Emblème de la police fédérale pour la Californie centrale – Source : Ministère de la Justice des États-Unis)


Ce jeudi 22 août, un vaste réseau international d’escrocs, en majorité nigérians, a été démantelé. C’est ce que les autorités américaines ont annoncé ce jeudi. Selon elles, ce réseau a dérobé des millions de dollars à des entreprises, des utilisateurs de sites de rencontres et des personnes âgées. Elles affirment qu’au total, quatre vingt (80) personnes sont inculpées dans cette affaire aux ramifications mondiales. Parmi ces dernières, quatorze (14) ont été arrêtées sur le territoire américain, principalement dans la région de Los Angeles.

Dans un communiqué, les autorités américaines précisent que les autres suspects sont encore en liberté, pour la plupart au Nigeria. Le procureur fédéral pour la Californie centrale, Nicola T. Hanna, dans son communiqué, déclare que les 80 inculpés et d’autres complices sont accusés d’avoir utilisé diverses formes d’escroquerie dont arnaque au président ou encore manipulation sentimentale sur des sites de rencontres, aux États-Unis et partout dans le monde. « Certaines des victimes ont perdu des centaines de milliers de dollars dans ces arnaques, et beaucoup étaient âgées », affirment les services du procureur.

Un acte qui n’est pas sans conséquences graves sur les victimes

De telles escroqueries « font perdre des milliards de dollars chaque année, et nous exhortons la population et les entreprises à être aux aguets de ces montages financiers sophistiqués et à s’en protéger », relève l’un des responsables du FBI (police fédérale) à Los Angeles, Paul Delacourt. Le mode de blanchiment d’argent obtenu frauduleusement par le réseau d’escrocs est organisé par deux ressortissants nigérians résidant aux États-Unis. Il s’agit de Valentine Iro, 31 ans et Chukwudi Igbokwe, 38 ans. À en croire la police fédérale, les deux hommes nigérians sont notamment accusés d’avoir organisé le transfert d’au moins 6 millions de dollars.

Pour le réseau, il est soupçonné d’avoir tenté d’obtenir frauduleusement plusieurs dizaines de millions de dollars. Selon l’AFP, les fonds étaient ensuite transférés sur des comptes situés hors des États-Unis ou versés en liquide à des intermédiaires qui utilisaient ensuite une application bancaire nigériane pour faire circuler les fonds convertis en nairas, la devise du Nigeria. Ce qui n’est pas une première, car « cette méthode a été employée pour transférer des millions de dollars à des complices nigérians sans jamais directement envoyer des fonds hors des États-Unis », d’après les enquêteurs.

Be First to Comment

Laisser un commentaire