Press "Enter" to skip to content

Coopération institutionnelle : Christian Adovèlandé félicite le gouvernement du Bénin et son chef Patrice Talon

(Photo : Christian Adovèlandé, Président de la Banque Ouest-Africaine de Développement)


En Afrique, l’institution chargée du financement du développement des États membres de l’Union Économique et Monétaire Ouest-Africaine (UEMOA), à savoir le Bénin, le Burkina-Faso, la Côte d’Ivoire, la Guinée-Bissau , le Mali, le Niger, le Sénégal, et bien évidemment le Togo où elle est basée, est bien la Banque Ouest-Africaine de Développement (BOAD). Cette institution financière dont la principale mission est de financer les projets de développement dans ces différents États de l’UEMOA tels que les infrastructures, les routes, les écoles, les hôpitaux, l’agriculture, l’énergie, etc, est dirigée par le béninois Christian Adovèlandé. Le dernier point d’intervention de la BOAD supra mentionné, a fait déplacer le président de l’institution en fin de cette semaine dans l’un des États de l’UEMOA. Il s’agit du Bénin, pays frontalier avec le Togo. Dans ce pays dirigé depuis le 6 avril 2016 par le chef de l’État Patrice Talon, date de son investiture au stade Charles de Gaulle à Porto-Novo, capitale du pays, une prouesse a été réalisée.

Depuis ce jeudi 29 août, le Bénin dispose d’une Centrale électrique d’une puissance de 129,08 MW. A l’occasion de son inauguration ce jeudi, le président de la BOAD était bien présent et aux premières loges. L’exigence avec laquelle l’infrastructure a été réalisée vu le temps record de mise en œuvre par le gouvernement actuel au Bénin, a accroché et ébahi le président de la BOAD. En cause, le gouvernement précédent de l’ex-chef de l’État béninois Thomas Boni Yayi en dix (10) ans de gouvernance n’a pu aller au bout de la réalisation de la construction de la centrale appelée Centrale Maria-Gléta 1. Raison pour laquelle le gouvernement actuel a surnommé le projet énergétique la « Centrale électrique Maria-Gléta 2 ». Ceci afin de permettre au peuple béninois et aux bailleurs notamment de faire la différence entre les deux centrales qui se font face sur le même site dans l’arrondissement de Togba, commune d’Abomey-Calavi à l’ouest de Cotonou, la capitale économique du Bénin.

Patrice Talon reçoit les félicitations de Christian Adovèlandé

Cette différence nette a retenu l’attention de tous les bailleurs de fonds du projet présents à la cérémonie d’inauguration de l’infrastructure jeudi 29 août. En premier, la Banque Ouest-Africaine de Développement (BOAD). Au pupitre réservé à cet effet pour les discours officiels d’inauguration de la Centrale électrique Maria-Gléta 2, la toute première phrase du N°1 de la BOAD est très sincère. « La cérémonie d’inauguration de la centrale thermique duale (gaz et fioul) de 129,08MW à Maria-Gléta me donne une nouvelle occasion et le privilège de renouveler mes remerciements au Gouvernement de la République du Bénin pour la sollicitude dont la BOAD, notre institution communautaire, bénéficie auprès des Autorités béninoises et particulièrement, Monsieur Patrice TALON, Président de la République du Bénin. », a déclaré Christian Adovèlandé en présence d’une forte délégation des membres du gouvernement béninois conduite par l’ex-président de la BOAD et ministre d’État chargé du Plan et du Développement, Abdoulaye Bio Tchané. Le locataire de l’Établissement public à caractère international sise au 68 Avenue de la Libération dans la capitale togolaise, Lomé, a reconnu la confiance du Bénin à l’institution dont il est en charge. « (…) Ce soutient constant montre l’attachement des Autorités béninoises au renforcement de la coopération entre le Bénin et la BOAD et à l’amélioration des conditions de vie des populations béninoises en particulier et de celles des pays de l’UEMOA en général. », a affirmé Christian Adovèlandé.

Par ailleurs, le président de la BOAD a souligné l’importance de la réalisation d’un tel projet pour un pays comme le Bénin. Nul n’ignore l’enjeu que constitue en Afrique subsaharienne, la réalisation d’infrastructures modernes et performantes. « (…) Un enjeu stratégique pour l’émergence économique qui passe, avant tout, par la réalisation de projets structurants avec un effet multiplicateur et durable d’une part, la création d’emplois et la lutte contre la pauvreté d’autre part. », a relevé Christian Adovèlandé. « L’impact de l’énergie électrique sur la croissance économique et l’amélioration du bien-être de nos populations est indéniable. », a-t-il renchéri. Le président de la BOAD a bien raison de soutenir ces propos. En effet, pour un pays comme le Bénin, l’accès à la ressource énergétique à travers un approvisionnement fiable, en quantité suffisante comme le dit si bien le ministre béninois de l’énergie Dona Jean-Claude Houssou, et à un prix concurrentiel, est un facteur essentiel au développement de l’économie du pays.

Be First to Comment

Laisser un commentaire

Mission News Theme by Compete Themes.