Press "Enter" to skip to content

Colloque international du SIFEE : La 22ème édition ouverte à Cotonou sur le thème de l’évaluation environnementale et des enjeux fonciers

Photo : Ouverture du vingt-deuxième (22ème) Colloque du Secrétariat International Francophone pour l’Évaluation Environnementale à Cotonou


Cotonou, capitale économique du Bénin, porte l’étendard de l’environnement dès ce lundi. En effet, la ville côtière béninoise accueille ce lundi 9 septembre, le vingt-deuxième (22ème) Colloque du Secrétariat International Francophone pour l’Évaluation Environnementale (SIFFE). Ce colloque international a pour partenaires, le Ministère du Cadre de Vie et du Développement Durable (MCVDD) du Bénin et l’Agence Béninoise de l’Environnement (ABE). La cérémonie d’ouverture des travaux dudit colloque a été placée sous l’autorité du ministre béninois du Cadre de Vie et du Développement Durable, Didier José Tonato fortement soutenu par deux collègues du gouvernement du Bénin, le ministre de l’Élevage, de l’Agriculture et de la Pêche, Cossi Gaston Dossouhoui et le ministre des Affaires Étrangère et de la Coopération, Aurélien Agbénonci. Quatre différentes allocutions ont marqué cette cérémonie d’ouverture de l’assise de Cotonou. Il s’agit de l’allocution du Directeur général de l’Agence Béninoise de l’Environnement, François-Corneille Kêdowidé ; du Directeur général du SIFEE, Gilles Côté ; du Président du Conseil d’administration du SIFEE, Joël Ahoahomè Agbémèlo-Tsomafo et enfin celle du ministre béninois du Cadre de Vie et du Développement Durable, Didier José Tonato qui a officiellement ouvert les travaux du 22ème Colloque du SIFEE à Cotonou.

Devenu un creuset annuel pour les experts francophones en évaluation environnementale pour se pencher sur des questions liées à l’environnement depuis plus d’une décennie, le Colloque de Cotonou réuni donc dans la capitale économique béninoise, a compté environ deux cent (200) participants venus de divers horizons et structures environnementales, notamment d’organismes gouvernementaux, universitaires et privés de quatre continents dont l’Afrique, les Amériques, l’Europe et l’Asie. Au regard de l’importance que le gouvernement du Bénin accorde aux questions foncières dans le pays, le thème du 22 colloque du SIFEE vient à point nommé. Car durant les trois quart (3/4) des journées de la semaine, ces experts présents à Cotonou vont se pencher sur le thème : « Évaluation environnementale et enjeux foncier ».

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Du lundi 9 au mercredi 11 septembre, trois (03) gros points importants vont passer à la loupe des experts, principalement dans les Études d’impact environnemental et social (EIES), à savoir :

  1. Le foncier qui est rarement étudié en tant que tel et avec autant de précision que les questions socio-économiques dans les EIES ;
  2. les liens entre foncier, organisation politique, patrimoine culturel et système économique qui sont de ce fait rarement établis, au profit de description « en silos » ; et enfin
  3. dans les plans d’action de réinstallation, les matrices d’éligibilité et les inventaires qui sont produit à travers le prisme propriétaire/usager et ne prennent que rarement en compte les différents niveaux de détenteurs de droits, et encore moins la dimension collective.

Dans son discours d’ouverture des travaux, le ministre béninois du Cadre de Vie et du Développement Durable, en souhaitant d’entrée la bienvenue aux experts, a brossé la nécessité du thème faisant référence à la ville qui accueille leur assise. « (…) Cotonou, notre belle ville côtière et capitale économique du Bénin qui, comme beaucoup de villes africaines, est confrontée à la problématique de l’expansion spatiale face à sa croissance démographie, sans anticipation en matière planification urbaine, et donc connait des problèmes d’espaces et de gestion foncière. », a indiqué Didier José Tonato. Et d’ajouter. « Le thème retenu cette année, (…) est d’une importance évidente, car toute politique, tout programme et/ou projet de développement prend toujours corps sur un territoire. », a-t-il poursuivi.

Sur les trois gros points supra cités concernant les EIES, que fait le Bénin, si on reste dans les trois dernières années ? « En ce qui nous concerne, le pays fournit d’important efforts pour veiller à l’intégration du volet Environnemental et Social (E&S) dans la mise en œuvre des projets structurants du PAG 2016-2021, ainsi que des projets portés par des promoteurs privés. », a répondu le représentant du gouvernement du Bénin, ministre du Cadre de Vie et du Développement Durable, Didier José Tonato, en présence de ses deux autres collègues. Le N°1 du Cadre de Vie au Bénin a, pour finir, exhorté les participants à prendre une part active aux activités qui ont été conçues pour les aider dans le travail qu’ils vont accomplir de façon quotidienne pour la protection de l’environnement. Il convient de noter qu’un atelier de formation reconnue sous la dénomination « École d’été » va occuper les deux jours restant de la semaine, soit du 12 au 14 septembre sur le thème « Évaluation environnementale et enjeux foncier : la géomatique comme outil d’aide à la décision ».

Be First to Comment

Laisser un commentaire