Press "Enter" to skip to content

Côte-d’Ivoire : Et si Alassane Ouattara tentait un forcing en 2020 ? cela fera un « tapage », jure Henri Konan Bédié

La présidentielle de 2020 en Côte d’Ivoire pourrait bel et bien faire revenir les esprits de 2010. En effet, cette élection de l’année prochaine ne présage aucun signe de sa tenue dans la paix et sans incidents. Elle est préoccupée par les vieux démons politique de Côte d’Ivoire, en témoignent les propos de l’ancien chef d’État ivoirien, Henri Konan Bédié alias « le Sphinx de Daoukro ». Lesquels propos ont pour cible, son ex-allié politique et actuel chef de l’État ivoirien, Alassane  Dramane Ouattara. Pour le Sphinx de Daoukro, « ADO » est disqualifié pour être candidat à la présidentielle en Côte d’Ivoire l’année prochaine. C’est d’ailleurs sur ce point que le pays retient tout son souffle. Sera-t-il candidat en 2020 ou pas ? L’homme qui est dans son deuxième mandat à la tête du pays n’a pas encore fixé les ivoiriens. Mais cela ne fait pas réfléchir par deux fois pour le président du Parti Démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI).

La limite, c’est deux mandats.

Selon lui, Alassane Dramane Ouattara ne peut se succéder à lui-même. « Contrairement à moi, il (Alassane Ouattara) n’a pas le droit de se présenter. », a déclaré Henri Konan Bédié. À l’en croire, lui peut être candidat en 2020, ce qui n’est pas le cas pour l’actuel président ivoirien, faisant référence à la constitution ivoirienne. « La limite, c’est deux mandats. », rappelle-t-il. Or, selon Alassane Dramane Ouattara, avec la constitution de la nouvelle République adoptée en 2016, la page des mandats est vierge, ce qui lui permet de briguer un troisième mandat. Dans ce cas, le résultat ne sera pas celui du peuple ivoirien pour l’ancien chef de l’État. « S’il fait un tripatouillage peut-être, mais pas en l’état », comment le N°1 du PDCI.

Par ailleurs, il a rappelé à ADO que la limite du nombre de mandat est mentionnée dans la constitution adoptée en 2016 à laquelle il fait allusion. Mais une chose est sûre et certaine pour le Sphinx de Daoukro. « Un troisième mandat ne serait pas acceptable, ni pour moi ni pour le pays. », assure Henri Konan Bédié. Considérant sa détermination, à l’hypothèse de voir Alassane Dramane Ouattara tenter un forcing en 2020, cela fera un « tapage », jure l’ancien chef de l’État de Côte d’Ivoire, Henri Konan Bédié. Il convient de noter que le président du PDCI et celui du Front Populaire Ivoirien (FPI), ancien président ivoirien et ancien locataire de la Cour Pénale Internationale (CPI), Laurent Gbagbo actuellement en résidence surveillée en Belgique, sont désormais alliés et visent un avenir politique commun.

Be First to Comment

Laisser un commentaire