Press "Enter" to skip to content

Dialogue politique : Fin des travaux et voici ce que l’initiateur, Patrice Talon recevra comme Rapport

Photo : Victor Prudent Tokpanou, Rapporteur du dialogue politique  national tenu du 10 au 12 octobre 2019 à Cotonou


Tout ce qui commence bien, finit naturellement bien. Ouvert depuis jeudi 10 octobre, les rideaux viennent de tomber sur le dialogue politique il y a quelques instants au Palais des Congrès de Cotonou (PCC). Ce samedi 12 octobre sera la troisième et dernière journée des travaux du dialogue politique initié par le chef de l’État béninois Patrice Talon. C’est d’ailleurs à ce dernier que sera présenté le Rapport dudit dialogue. En clôturant ce jour les travaux, les responsables délégués pour représenter les partis politiques aux assises, viennent d’adopter ce rapport.

On retient d’abord que ledit rapport est le fruit des entrailles de la crise post-électorale induite par les élections législatives du dimanche 28 avril dernier, et qui sera examiné par le seul accusé d’être auteur de sa conservation, le chef de l’État Patrice Talon. Ceci afin de trouver les solutions idoines à sa déformation après la naissance. Car, même bébé, la réforme du système partisan a déjà fait des orphelins et des veufs pour avoir voulu grandir à grande poussée de dents. De nombreux éléments font le consensus, à en croire le rapport attendu par Patrice Talon dont notamment cinq gros points :

  1. le toilettage des textes électoraux afin de favoriser la participation de toutes les composantes de la classe politique ;
  2. l’organisation d’élections générales au Bénin ;
  3. l’accélération du vote de la loi sur le financement des partis politiques ;
  4. l’accord sur le statut de l’opposition ;
  5. la représentativité des femmes.

Notons qu’un point un peu spécial, concerne la reconnaissance de l’existence légale des partis politiques. À ce propos, les participants ont souhaité que le ministère de l’Intérieur reste dans un rôle administratif. Il convient de relever que ce rapport tient la mine du bout du stylo de l’ancien Garde des Sceaux, ministre de la Justice du gouvernement de Thomas Boni Yayi, le Professeur Victor Prudent Tokpanou, en sa qualité lors de ces assises du Rapporteur.

One Comment

  1. […] Ce jeudi 31 octobre 2019 est une date qui inscrit dans le nom des 83 députés siégeant à l’Assemblée nationale huitième (8ème) législature, dans les annales de l’histoire politique et démocratique du Bénin. En effet, les représentants du peuple au Palais des Gouverneurs à Porto-Novo ont voté à l’unanimité la loi N°2019-40 portant révision de la loi N°90-032 du 11 décembre 1990 portant Constitution de la République du Bénin. Comme le 31 octobre 2014 a été pour le Burkina-Faso un nouveau jour historique avec la déchéance de l’ancien président dictateur du pouvoir, c’est ainsi pour le Bénin. Mais au Burkina-Faso, il a eu par la suite un nouveau président de la République. Ce ne sera pas le cas au Bénin. Avec ce vote historique, il n’y aura ni une nouvelle République ni un nouveau type de régime. En cause, cette nouvelle loi fondamentale qui n’a qu’une seule vocation, celle de moderniser le système démocratique, a été consacrée à la modification de certaines dispositions de la loi N°90-032 du 11 décembre 1990 portant Constitution de la République du Bénin. Faut-il rappeler que c’était bien la demande des délégués au dialogue politique des 10, 11 et 12 octobre derniers. […]

Laisser un commentaire