Press "Enter" to skip to content

Cocaïne uruguayenne : Le gouvernement du Bénin jette la lumière sur le conteneur à destination d’un autre pays

Photo : Le ministre béninois de la Communication et de La Poste, Porte-parole du gouvernement, Me Alain Sourou Orunla


Il était attendu sur cette affaire dans laquelle le Bénin est discrédité. Trois tonnes de cocaïne dans un conteneur en partance du Port de Montevideo en Uruguay, seraient à destination du Port Autonome de Cotonou (PAC). C’est l’actualité principale qui fait couler beaucoup d’encre et de salive au Bénin cette semaine. En effet, c’est le caractère criminel que porte l’actualité qui n’a pas permis à bon nombre de béninois, de voir d’autres détails dans la déclaration des autorités uruguayennes. Quand on entend « cocaïne », c’est comme si c’était un coup d’état. Tout comme à Montevideo, la réaction de Porto-Novo sur l’affaire est très attendue par le peuple béninois. Eh bien, c’est fait ! Ce mercredi 27 novembre, le traditionnel point de presse d’après le Conseil des ministres, a été la tribune sur laquelle le gouvernement du Bénin a donné de la voix. C’est le ministre béninois de la Communication, dans son rôle du Porte-parole de l’exécutif, qui a jeté la lumière sur le conteneur de riz dans lequel trois tonnes de cocaïne sont dissimulées pour accoster au quai du PAC. Mais ceci n’était pas vrai, car le navire transportant le conteneur intercepté par la douane uruguayenne n’était en aucun cas à destination du Bénin. « C’est bien établi que ce navire est à destination d’un autre pays. », a affirmé Me Alain Sourou Orounla. Il faut aussi dire que la quantité du stupéfiant laisse à se poser de question sur son transit au Port Autonome de Cotonou (PAC) au regard de la présence du Programme de Vérification des Importations (PVI). Référant aux dispositifs mis en place au PAC à travers Bénin Contrôle dont le scanning. Trois tonnes de cocaïne dissimulées dans 101 sacs pour une valeur de 740 millions de dollars, soit environ 500 milliards de francs CFA. On dirait que Pablo Escoba est ressuscité et a changé de nationalité pour devenir béninois. Le courage du béninois pour trafiquer la drogue se limite à 18 kg.  « Je ne vois pas au Bénin une personne ayant les moyens et pouvant se permettre d’importer une telle quantité de stupéfiant. », a soutenu le ministre béninois de la Communication. « Les autorités locales (de l’Uruguay ndlr) précisent que ce serait de la réexportation. », a déclaré Me Alain Sourou Orounla.

Le gouvernement du Bénin inflexible dans la lutte contre quelconque trafic

Il faut noter que sur la même tribune, le ministre béninois de la Communication, dans son point de presse, a réaffirmé l’engagement du gouvernement du Bénin à lutter de façon inflexible contre le trafic de la drogue. « Le gouvernement réaffirme très clairement la lutte qui est menée depuis des années afin que notre pays ne soit considéré ou ne puisse être soupçonné comme étant la plaque tournante d’un quelconque trafic. » a confié Porte-parole du gouvernement béninois. Cette volonté affichée de l’exécutif béninois, notamment de son chef, le président Patrice Talon, s’explique par le renforcement du système judiciaire béninois. Faut-il rappeler que les réformes engagées par le patron du Nouveau Départ ont induit la création d’une institution. La Cour de Répression des Infractions Économiques et du Terrorisme (CRIET). «  Une institution redoutée pour mener la chasse contre les narcotrafiquants. », a indiqué Me Alain Sourou Orounla. « Cette institution fonctionne très bien, puisqu’à notre connaissance, il n’y a plus de petits trafiquants qui traînent ou qui aient la vie paisible dans nos villes et campagne. », persiste et signe l’avocat. Tout est donc clair. Il convient de dire que pour l’honneur du peuple béninois, qu’il faille une collaboration des deux États, uruguayen et béninois avec le soutien des institutions compétentes pour préciser le destinataire et le destinateur des trois tonnes de cocaïne. Ceci, au nom de la vérité et surtout de l’insistance sur la lutte implacable du gouvernement du Bénin contre le trafic de drogue ce mercredi du ministre béninois de la Communication et de La Poste, Porte-parole du gouvernement.

Be First to Comment

Laisser un commentaire