Press "Enter" to skip to content

France : François Bayrou, l’un des faiseurs du roi Macron, face à la justice

Photo : Le président du MoDem et ancien ministre d’État français, garde des Sceaux, ministre de la Justice, dans le premier gouvernement d’Édouard Philippe, François Bayrou, le 30 septembre 2019


Le président du MoDem, en France, François Bayrou, n’est pas le plus rieur du monde politique français, surtout en ce moment. Mais comme le dit la maxime de vie du député MoDem Bruno Millienne, jovial et bon vivant : « Tant qu’on n’est pas mort, il faut rire. », sera-t-elle adoptée par François Bayrou ? Wait and see. Sinon, après la vice-présidente de son parti, Marielle de Sarnez, mise en examen mercredi 4 décembre pour « détournement de fonds publics », c’est au tour du très éphémère ancien ministre de la Justice du premier gouvernement d’Édouard Philippe d’être convoqué, ce vendredi 6 décembre. Ceci, en vue d’une probable mise en examen dans l’affaire des emplois présumés fictifs de son parti au parlement européen. Un coup dur pour celui qui a fait de l’éthique en politique la base de son engagement. « Toute ma vie, je me suis opposé au mélange de la vie politique et du monde de l’argent », résumait-il en septembre 2016 sur le média français BFMTV, qualifiant l’affaire Tapie du « plus grand scandale d’État qu’ait connu la Ve République » ou qu’il s’en prenait aux proches de l’ancien président français, Nicolas Sarkozy et « des indices de valises d’argent » en évoquant l’affaire du supposé financement libyen de la campagne électorale de 2007.

« Si vous pouvez réussir là où j’ai failli, là où je ne suis pas arrivé, je vous aiderai »

Il faut noter que c’est un coup dur politique pour celui qui a soutenu le locataire de l’Élysée Emmanuel Macron avant le premier tour de la présidentielle. Lui qui voyait dans le jeune candidat le moyen de parvenir enfin à ce qu’il a tenté de réaliser au cours de ses trois candidatures malheureuses à l’élection présidentielle française, notamment en 2002, 2007, et en 2012 ; dépasser les clivages partisans. « Vous n’avez pas l’âge qu’il faut, mais ça ne fait rien. Si vous pouvez réussir là où j’ai failli, là où je ne suis pas arrivé, je vous aiderai », avait déclaré François Bayrou au jeune candidat En Marche lors d’un café qui a scellé leur alliance dévoilé dans une séquence du documentaire de TF1 « Emmanuel Macron, les coulisses d’une victoire ». Étant l’un des faiseurs du roi et déclencheurs de la victoire d’Emmanuel Macron, en récompense de son soutien, le 17 mai 2017, François Bayrou a été nommé ministre d’État, garde des Sceaux, ministre de la Justice, dans le premier gouvernement d’Édouard Philippe. À ce poste, il avait pour première mission de conduire la loi de moralisation de vie politique à laquelle il tient tant.

Be First to Comment

Laisser un commentaire

Mission News Theme by Compete Themes.