Press "Enter" to skip to content

Développement agricole : Gaston Cossi Dossouhoui rend hommage à la recherche et INRAB offre les Journées Scientifiques sur le coton et le palmier à huile

Cotonou, la capitale économique du Bénin, accueille les Journées Scientifiques sur le coton et le palmier à huile. La cérémonie d’ouverture des travaux a eu lieu ce mardi 10 décembre à Azalaï Hôtel de La Plage de Cotonou. Elle a été placée sous l’autorité du Ministre béninois de l’Agriculture, de l’Élevage et de la Pêche, Gaston Cossi Dossouhoui. Cette cérémonie a connu la présence des participants venus du monde de la recherche agricole et universitaire, du Bénin, des pays de la sous-région et de l’occident. Mais surtout des acteurs de la première loge de la politique du développement agricole au Bénin. Ainsi, on note la présence non seulement du ministre béninois de l’Agriculture, de l’Élevage et de la Pêche, mais aussi du Directeur Général de l’Institut National de la Recherche Agricole (INRAB), Adolphe Adjanohoun, principal organisateur de ces journées ; également du Recteur de l’Université Nationale d’Agriculture (UNA), Professeur Gauthier Biaou, et surtout des partenaires dont le représentant du Président Directeur Général du Centre de Coopération International en Recherche Agronomique pour le Développement (CIRAD), Docteur Michel Eddi, en la personne du Directeur Régional, Patrice Grimaud. L’INRAB a réunit ces acteurs de la recherche agricole, autour du thème : « Résultats et acquis de recherche et perspectives de collaboration entre l’INRAB et CIRAD ».

Il faut noter que si ce thème met l’accent sur la collaboration entre les deux institutions, c’est l’explication du développement et de la promotion des cultures du palmier à huile et du coton : point des recherches et de la coopération bénino-française. S’il est encore important de le rappeler qu’après les indépendances, la relation entre le Bénin et la France dans le domaine de la recherche agricole, s’est fortement renforcée grâce à la signature de plusieurs conventions entre les institutions de recherche agricole des deux États. À ce titre, de nombreux projets ont été réalisés et ont permis d’enregistrer 3 grandes avancées :

  1. amélioration de la productivité de deux cultures agricoles  au Bénin. Il s’agit en effet, du coton et du palmier à huile ;
  2. amélioration de la santé des sols cultivés ; et enfin
  3. amélioration de l’accès des acteurs aux innovations générées.

À préciser que cette relation se poursuit toujours dans la même lancée du développement agricole. Le Directeur Général de l’Institut National de la Recherche Agricole (INRAB) ne dira pas le contraire. Car, il y a deux ans, le Ministère de l’Agriculture, de l’Élevage et de la Pêche (MAEP) a signé avec l’Agence Française de Développement (AFD), une importante convention de financement qui a permis de mettre en œuvre le projet de Transition Agroécologique en Zone Cotonnière (TAZCO). « Ce projet a permis de capitaliser des techniques agroécologiques d’amélioration durable des systèmes de production de coton, adaptés aux conditions des cotonculteurs. », a reconnu Adolphe Adjanohoun. Toute chose qui rappelle que le partenariat du CIRAD avec le Bénin à travers l’INRAB, est une collaboration de longue date. La présence massive d’agents en mutation dans la représentation de l’institution à Cotonou. Raison pour laquelle le thème de l’édition 2019 a retenu l’attention du Directeur Régional du CIRAD. « Que ces Journées soient placées sur les Palmiers à huiles revêts une importance majeure pour le CIRAD. », a soutenu Patrice Grimaud. Mais ceci doit avoir une raison particulière, n’est-ce pas Patrice Grimaud ? « Puisque, aux côtés des études sur les racines et tubercules, ce sont celles dont les activités sont à la base de notre partenariat le plus fort. », a répondu le français. Ce dernier doit savoir que ce partenariat est plus fort grâce à la vision du chef de l’État béninois, Patrice Talon, de doter son gouvernement d’un document de politique de développement durable.

Ce document s’appelle Programme d’Actions du Gouvernement (PAG) au cœur duquel le patron du Nouveau Départ a accordé plus de crédits sur l’agriculture avec ses 7 pôles. « Je rends hommage à la recherche. », a d’abord lancé le ministre béninois de l’Agriculture, de l’Élevage et de la Pêche, Gaston Cossi Dossouhoui. « Le coton et le palmier à huile sont aujourd’hui deux filières phares de l’économie du Bénin. C’est pourquoi il figure en bonne position dans le volet Agriculture du Programme d’Actions du Gouvernement. », a-t-il déclaré. Il faut tout de même reconnaître que pour atteindre les objectifs fixés dans ce volet agricole du PAG, il va falloir affronter de nouveaux défis et surtout les relever. « Il s’agit notamment de l’amélioration des rendements et de la qualité des produits dans le contexte de changement climatique, de la nécessité de la mécanisation, de récolte et de post-récolte et de l’accès des produits au marché chaque jour plus concurrentiel. », a expliqué Gaston Cossi Dossouhoui. Au regard de l’engouement des participants, l’assise de Cotonou est donc parte pour être un laboratoire de recherche de solution pour attaquer ces nouveaux défis. Ceci, en faisant le point du chemin parcouru par la recherche agricole sur le coton et le palmier à huile, d’une part, et de capitaliser les acquis en vue de leur meilleure diffusion et valorisation, d’autre part. Il convient de relever que les Journées Scientifiques sur le coton et le palmier à huile prennent fin le jeudi 12 décembre prochain.

Be First to Comment

Laisser un commentaire

Mission News Theme by Compete Themes.