Press "Enter" to skip to content

Coopération Bénin-PNUD 2019-2023 : Des conditions de vie des populations améliorées en 12 mois, grâce aux réformes courageuses de Patrice Talon

Quand on travaille, on marque une pause, surtout s’il s’agit d’un travail défini dans un intervalle de temps, pour apprécier ce qui se fait. Mais également pour donner des orientations idoines pour l’atteinte des résultats attendus. C’est bien ce qu’ont compris le Bénin et le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD). En effet, les deux parties, dans l’intérêt du développement durable du Bénin, ont mis en œuvre un Programme de coopération pour la période 2019-2023. Ce programme fait son petit bonhomme de chemin. C’est donc arrivé le moment de marquer une pause et faire le bilan pour le compte de la première année du Programme. C’est bien la raison qui explique la tenue, ce mardi 24 décembre, de la Revue annuelle 2019 du Programme de coopération entre le Bénin et le PNUD, à travers sa représentation pays. La cérémonie d’ouverture officielle des travaux de cette revue, s’est déroulée à Golden Tulip Hôtel de Cotonou, la capitale économique du Bénin. Cette cérémonie a été placée sous l’autorité du ministre d’État béninois, chargé du Plan et du Développement, Abdoulaye Bio Tchané. Mais ce dernier s’est fait représenter par son Directeur de Cabinet, Me Rufino d’Almeida.

Il a été encadré au présidium de la cérémonie par trois femmes, à savoir la principale partenaire du Bénin, la Représentante Résidente par intérim du PNUD au Bénin, Ginette Mondongou Camara ; de la Directrice de Cabinet du ministre béninois du Cadre de Vie et du Développement Durable, Jeanne Josette Acacha Akoha ; et de la Secrétaire Générale Adjointe du Ministère du Travail et de la Fonction Publique, Isbath Djaboutouboutou. Il faut signaler aussi la présence des cadres des ministères sectoriels avec en majorité les coordonnateurs des projets contenus dans le Programmes objet de la revue. On peut noter entre autres présences, celle de la Coordonnatrice du PMSD, Marie José Kogbéto et du Coordonnateur de l’UGC/UNDAF, Lucien Atchadé. Également présents, les directeurs généraux dont le Directeurs général de l’Agence du Cadre de Vie pour le Développement du Territoire, Lars Bjerre-Christensen, et le Directeur général du Financement du Développement, Victorin Edé Yaovi. Et quand on parle justement du financement du développement, il faut relever la présence des contributeurs au développement du Bénin, à l’image de l’Ambassadeur du Japon près le Bénin, Kiyofumi Konishi.

Présenter et apprécier les résultats, et non lister des activités réalisés ou en cours de réalisation

S’il est vrai que les revues devront en effet apprécier les résultats obtenus et donner des orientations claires, et ne consisteront pas à lister le détail des activités réalisées ou en cours de réalisation, que faut-il alors retenir 12 mois après le démarrage des projets constitutifs des Portefeuilles du programme pays du PNUD ? « La présente session constitue la première revue annuelle du Programme de coopération en cours. Il intervient au terme de l’année de démarrage qui a été marquée notamment par la mise en place des outils de gestion et de suivi de même que la tenue des revues des portefeuilles pour le compte du premier semestre de l’année. », a d’abord indiqué le Directeur de Cabinet du ministre d’État béninois, chargé du Plan et du Développement (DC/MPD). Alors là, il convient de préciser qu’il s’agit de deux portefeuilles :

  1.  développement durable et croissance inclusive ; et
  2.  démocratie, État de droit et bonne gouvernance.

Ces deux portefeuilles supra cité qui engendrent le programme pays, couvent plusieurs interventions dans divers domaines thématiques, notamment l’emploi, l’agrobusiness, l’entrepreneuriat, le changement climatique, la gestion durable des ressources naturelles et énergétiques, le cadre de vie et les risques de catastrophes, la réforme administrative, la gouvernance économique, la démocratie, les droits de l’homme, et la justice, pour ne citer que celles-là. Mais s’il est encore important de le rappeler, toutes ces thématiques sont en parfait lien avec les objectifs de développement durable et le document de politique de développement qu’est le Programme d’Actions du Gouvernement (PAG) dont le chef de l’État béninois, Patrice Talon a doté son équipe exécutive. Ce n’est pas la Représentante Résidente par intérim du PNUD au Bénin qui dira le contraire. Elle a d’ailleurs considéré ces thématiques comme des priorités qu’elle met en trois compartiments d’actions. «  Le programme est aligné sur les priorités nationales telles qu’elles ressortent du Programme d’Actions du Gouvernement 2016-2021, du Plan National de Développement 2018-2025, et du Programme de Croissance et de Développement Durable 2018-2021. », a soutenu Ginette Mondongou Camara.

Toute chose qui vise à accompagner les efforts des autorités de Porto-Novo dans la réalisation de l’Agenda 2030 et de ses Objectifs de Développement Durable (ODD). Mais il faut souligner qu’avant 2030, il faut 2020, après 2019 dont les résultats sont projetés ce mardi sur un écran pour permettre aux différents acteurs à divers niveaux intervenant dans la concrétisation du Programme, de voir le fruit de leurs efforts en un an. Laquelle projection a permis à la rédaction differenceinfobenin.com du Groupe de presse DIFFERENCE de noter tout comme les participants aux travaux de la revue, des avancées notables issues de la mise en œuvre du portefeuille N°1 qui ont radicalement changé et amélioré les conditions de vie de la population de la commune de Bonou. Notons que ce portefeuille préconise une « Croissance économique inclusive, forte et durable », avec comme socle, l’Effet N°1 du programme pays qui intitule que « D’ici à 2023, les populations béninoises ; en particulier les plus vulnérables, sont plus résilientes et ont une meilleure qualité de vie par l’accès à un emploi décent, à la sécurité alimentaire et nutritionnelle, à une énergie propre, et par la gestion durable des ressources naturelles, des effets néfastes des changements climatiques, des crises et des catastrophes ». Bonou, une commune du département de l’Ouémé au Sud-est du Bénin, mais reconnue comme la plus pauvre du pays, bénéficie d’ores et déjà, seulement en un an, de tout ce qui précède. C’est le chef du gouvernement du Bénin qui a vu juste d’engager les réformes courageuses et ambitieuses qui cadrent avec la vision des Partenaires Techniques au Développement dont le PNUD.

Be First to Comment

Laisser un commentaire