Press "Enter" to skip to content

Réforme éducative : Voici les 4 questions auxquelles Salimane Karimou doit répondre au législatif au nom de l’exécutif demain

Photo : Le ministre béninois des Enseignements Maternel et Primaire, Salimane Karimou


Jeudi 9 janvier prochain, le gouvernement du président Patrice Talon sera face à la représentation nationale à Porto-Novo, la capitale du Bénin. Objectif : satisfait aux questions des honorables députés sur les réformes engagées par le locataire de la Marina, notamment dans le secteur éducatif. Cet exercice auquel va se sacrifier l’équipe du chef de la Rupture s’inscrire dans le cadre des questions orales prévues au Palais des Gouverneurs. À cet effet, plusieurs points sont portés l’ordre du jour de la séance du jeudi. Au rang de ces points, quatre sont réservés à l’éducation :

  1. fonctionnement des écoles normales des instituteurs face à la pénurie d’enseignants dans les écoles ;
  2. la situation des enseignants reversés de 2008 recalés aux évaluations et la gestion comptable des écoles à partir de la rentrée scolaire 2019-2020 ;
  3. la mise en œuvre de la nouvelle architecture du système éducatif ; et enfin
  4. l’insuffisance des salles de classes et déficit d’enseignants dans les écoles primaires.

Il faut noter que la voix qui sera la plus entendue pour apporter les réponses à ces préoccupations de la représentation nationale est bien celle du chef de file des ministres en charges de l’éducation au Bénin. Il s’agit du ministre béninois des Enseignements Maternel et Primaire, Salimane Karimou. Il sera assisté par son collègue des Enseignements Secondaire, Technique et de la Formation Professionnelle, Thomas Mahougnon Kakpo. Il convient de noter que hors mis ces points relatifs au système éducatif béninois, le gouvernement est également attendu par les collègues du Col Louis Gbèhounou Vlavonou sur une autre question. Ce point concernera le secteur pétrolier, notamment le fonctionnement de la Société Nationale de Commercialisation des produits Pétroliers (SONACOP) au Bénin. À ce niveau, c’est la ministre béninoise du Commerce et de l’Industrie, Adidjatou Assouman qui répondra aux députés de la huitième législature à l’Assemblée nationale. Il faut souligner que le gouvernement du Bénin veut faire sortir du trou de la corruption et de l’impunité cette société d’État.

Be First to Comment

Laisser un commentaire

Mission News Theme by Compete Themes.