Press "Enter" to skip to content

Développement agricole : Voici le produit béninois premier au monde qui coûte 5 à 8 euros l’unité sur le marché occidental

Photo : Le ministre béninois de l’Agriculture, de l’Élevage et de la Pêche, Gaston Cossi Dossouhoui


Le chef de l’État béninois, Patrice Talon, en mettant au cœur de son document politique de développement dont il a doté son gouvernement, à savoir le Programme d’Actions du Gouvernement (PAG), l’agriculture fait la fierté du Bénin en Europe. Si le coton béninois n’arrivait pas encore à être le premier sur le plan mondial, eh bien un produit lui a damé le pion. Ce produit agricole du Bénin, à l’international, est classé au premier rang des produits Bio ; c’est-à-dire un produit qui respecte les normes en la matière. Il s’agit en effet de l’Ananas variété pain de sucre. En Europe, les occidentaux aiment et apprécient l’Ananas du Bénin et cela se voit dans les épiceries où ce produit est vendu dix fois plus cher qu’au pays. L’Ananas qui est vendu cinq fois moins qu’un euro, soit 100 FCFA, se retrouve sur le marché occidental à 5 euros, même 8 euros par endroit. Simplement, l’Ananas béninois coûte environ trois mille (3.000 FCFA) en Europe. Il faut noter que si le prix rend stupéfait les béninois, pour les occidentaux, tel n’est pas le cas. En cause, désormais, les blancs s’attachent plus à ce qui est Bio, craignant les produits sortis de leurs propres terres, car souvent bourré d’hormone et de produits chimiques donnant le cancer. Ce qui explique l’importation des produits Bio venant de l’Afrique comme la Mangue « greffé » du Cameroun, des Oranges de la Côte d’Ivoire, ou encore d’autres pays de l’Amérique latine à l’image de la Banane du Brésil. La promotion de l’Ananas du Bénin ferait une bonne affaire pour les agriculteurs et importateurs béninois.

La concrétisation du PAG dans le secteur agricole, permettra au Bénin de connaître un Nouveau Départ de la politique agricole. « C’est une opportunité pour nous de faire beaucoup d’argent. Mais la politique nous empêche de nous occuper du nécessaire. », a reconnu un acteur agricole. « Tout le monde sait que l’Ananas du Bénin (surtout la variété pain de sucre) est le meilleur en Afrique, mais que fait-on concrètement pour promouvoir cette filière ? », a-t-il ajouté. Il convient de relever qu’en dehors de l’Europe, l’Ananas béninois peut conquérir tous les marchés du monde. Mais faut-il souligner que le label Bio doit être garanti tout en évitant l’utilisation de pesticides chimiques. Reconnaissons aussi qu’en dehors du fruit lui-même, il faut encourager les activités de transformation et d’exportation des produits transformés pour avoir une plus value conséquente. Ceci pourrait venir en appui au coton dont les exploits du chef du gouvernement du Bénin, Patrice Talon, font couler des larmes aux autorités béninoises. Promouvoir cette filière est synonyme de sortir les jeunes agronomes du chômage. « Et si en dehors du coton, le gouvernement faisait la promotion de cette culture. J’espère que ça va permettre d’exploiter les jeunes techniciens agricoles formés et abandonnés. », a soutenu un autre acteur de l’agriculture au Bénin. Rappelons que depuis quelques années, l’Ananas du Bénin est prisée par les suisses. Il faut préciser que pour avoir une Ananas en Suisse, il va falloir dépenser une fortune d’environs 8 euros, soit près de cinq mille (5000) francs CFA.

One Comment

  1. KPOGBE KPOGBE 13 novembre 2020

    Et pourtant, nous, on préfère ces produits importé chimique et toxique.

Laisser un commentaire

Mission News Theme by Compete Themes.