Press "Enter" to skip to content

France : Coronavirus n’a pas empêché le premier tour des élections municipales, mais possible pour le deuxième tour

Les français étaient appelés aux urnes ce dimanche 15 mars pour le premier tour des élections municipales. Malgré le coronavirus, le scrutin s’est déroulé sur toute l’étendue de la France. Compte tenu de la propagation du covid-19, et des inquiétudes provoquées par cette épidémie, la participation au vote s’est effondrée. Quelque 47,7 millions d’électeurs français étaient appelés pour ces élections municipales. Un temps évoquée en coulisses, l’hypothèse d’un report des élections a finalement été abandonnée par le chef de l’État français, Emmanuel Macron. Désormais, c’est l’hypothèse d’un report du second tour qui tient la corde. Mais une telle décision obligerait à recommencer tout le processus électoral. Car le Code électoral est formel dans le pays. « En cas de deuxième tour de scrutin, il y est procédé le dimanche suivant le premier tour. », stipule l’article 56 du code électoral français. De fait, un report du second tour rendrait donc le premier caduc et obligerait les électeurs à revoter pour les deux tours, consécutivement.

4 principales informations à retenir

  1. Édouard Philippe est en pôle position dans sa ville du Havre, mais devra passer par un second tour. Son ministre Gérald Darmanin est lui réélu dès le premier tour à Tourcoing. Hormis chez ses barons de droite, LERM peine à s’implanter et est bousculé jusque dans son bastion lyonnais. Dans certaines villes de la France, comme Reims, le parti au pouvoir enregistre même des scores humiliants.
  2. Le Rassemblement national voit la plupart de ses maires réélus au premier tour, mais ne perce pas ailleurs. À Marseille, Stéphane Ravier écope d’une décevante troisième place derrière la droite et la gauche du Printemps marseillais.
  3. Les écologistes surfent sur une véritable vague verte. S’ils réalisent un score en-deçà de leurs attentes à Paris, les têtes d’affiche d’EELV arrivent en tête dans plusieurs grandes villes du pays dont Strasbourg, Lyon et Bordeaux.
  4. Le PS et Les Républicains peuvent se targuer de bien résister dans leurs bastions, prenant leur revanche sur la vague LREM aux législatives de 2017 et aux élections européennes.

Il faut dire que d’autres français jugent bon le report du deuxième tour. « L’élection municipale est indissociable, elle forme un tout. Mon sentiment est qu’on refait tout ou rien. Si l’on considère que l’on ne peut pas voter dimanche prochain, il faut annuler le résultat d’aujourd’hui. », argumente le constitutionnaliste Didier Maus. Soulignons qu’un report du second tour nécessiterait le vote d’une loi dans les sept jours par le Parlement français (aujourd’hui en vacances parlementaires et où plusieurs députés sont touchés par le Coronavirus) pour prolonger le mandat des conseillers municipaux sortants, qui expire le 31 mars. Ces derniers expédieraient alors les affaires courantes. « La logique serait : on fait une loi et on reporte tout. », résume Didier Maus. Rappelons que la situation est inédite et le chef de l’État français peut aussi décréter l’état d’urgence, qui peut être déclenché en cas de « calamité publique », telle qu’une épidémie. Un deuxième décret serait alors nécessaire pour reporter le second tour des municipales françaises. Il convient de relever que les mesures prises jusqu’à présent s’appuient sur le Code de la santé publique, qui autorise le gouvernement à prendre toute disposition pour éviter la propagation d’une épidémie. Il faut noter qu’après les résultats, au premier tour des élections municipales à Paris, la capitale française, la maire sortante Anne Hidalgo a récolté 30.2% des voix. Sa rivale LR, Rachida Dati, obtient 22% des voix, quand la candidate macroniste, Agnès Buzyn, comptabilise 17.6% des suffrages. L’autre enseignement de ce premier tour parisien est le score du candidat EELV David Belliard. Avec 11.6% des voix, l’écologiste arrive à la quatrième (4ème) place. Cédric Villani n’arrive pas à se maintenir avec 6.7% des voix. Selon les instituts de sondages, l’insoumise Danielle Simonnet qui était en binôme avec l’ex-footballer Vikash Dhorasoo obtiendrait entre 4,5 et 5% et le candidat du RN Serge Federbusch obtiendrait entre 1 et 1,2%. Le deuxième tour des élections municipales françaises est initialement prévu pour se tenir le dimanche 22 mars prochain.

Be First to Comment

Laisser un commentaire

Mission News Theme by Compete Themes.