Press "Enter" to skip to content

Coopération énergétique : Patrice Talon décroche 62 milliards FCFA du Fonds saoudien et de la BADEA pour Dona Jean-Claude Houssou

Photo : Le chef de l’ État béninois, Patrice Talon (D), et son chargé de mission (G), Dr Zul– Kifl Salami, à Cotonou


Pour distribuer de l’énergie électrique dans neuf (09) départements du Bénin, il faut au ministre béninois de l’Énergie, Dona Jean-Claude Houssou, de moyens, notamment financiers. Mais puisque gouvernance du président Patrice Talon est une gouvernance jamais égalée, les Partenaires Techniques et Financiers (PTF) soutiennent les projets inscrits dans le document de la politique de développement durable du chef de l’Exécutif béninois, à savoir le Programme d’Actions du Gouvernement (PAG). Dans ce PAG, la volonté énergétique de Patrice Talon se concrétise méthodiquement par le sorcier en énergie au Bénin, Dona Jean-Claude Houssou. Ainsi, après la réalisation et la mise en activité de la Centrale énergétique Maria-Gléta 2, dans la commune d’Abomey-Calavi, le digne fils de Ouidah ne lâche pas le digne fils de Porto-Novo, la capitale du Bénin, et les deux continuent de rendre la joie de vivre à leurs concitoyens. Le projet de transport et distribution de l’énergie électrique dans neuf (09) départements sur les 77 que compte le Bénin, est encore une initiative de la collaboration de Patrice Talon et de Dona Jean-Claude Houssou qui mettent avant tout, l’intérêt général de la Nation. Ce projet va connaître d’ici peu son chantier de concrétisation. Les partenaires au développement ne veulent pas rester en marge de cette page d’histoire de la bonne gouvernance et du développement durable d’un pays comme le Bénin. À cet effet, le Fonds Saoudien pour le Développement (FSD) et la Banque Arabe pour le Développement Économique en Afrique (BADEA) viennent en soutien projet d’électrification de 9 départements du Bénin. Les deux bailleurs apportent de façon concessionnelle un financement de 50 millions de dollars chacun, d’où un total de 100 millions de dollars, soit 62 milliards FCFA. Il faut rappeler que les deux institutions financières arabes avaient séjourné au Bénin dans le cadre d’une mission conjointe du 21 au 29 octobre 2019, au cours de laquelle les experts arabes ont évalué ledit projet. Au terme de la mission, il faut noter que les partenaires au développement ont décerné leur satisfecit au pays que dirige Patrice Talon en 3 ans seulement de gouvernance. Ceci a plus motivé ces derniers à marquer leur disponibilité à accompagner le gouvernement du Bénin dans plusieurs projets dont celui de transport et distribution de l’énergie électrique dans neuf (09) départements du pays. Pour ce projet donc, les financements de la BADEA et du FSD consistent à réaliser une première phase dont les objectifs spécifiques visent à développer le réseau de transport pour l’alimentation en énergie électrique de la Zone Franche Industrielle (ZFI) dans la commune de Sèmè-Podji, au Sud-est du Bénin, et le futur aéroport de Glo-Djigbé dans la commune d’Abomey-Calavi ; sécuriser l’alimentation en énergie électrique des logements sociaux et la cité administrative de Ouèdo dans la même commune ; et enfin développer de façon significative l’électrification des centres urbains dans les différents départements du Bénin. Peut-on parler des saoudiens, sans penser au chargé de mission du président de la République béninois ? Impossible.

Développer l’accès durable à l’électricité de qualité

Il est à souligner que c’est sous la Coordination de l’ex-ministre d’État béninois et administrateur du groupe de la BID / ITFC, Dr Zul– Kifl Salami, que les experts de la BADEA et du FSD ont sillonné le Bénin du Nord au Sud pour noter la pertinence et l’importance de l’objectif global poursuivi par les autorités de Porto-Novo à travers le projet. Lequel objectif qui vise à développer l’accès durable à l’électricité de qualité pour les usages domestiques, commerciaux et industriels dans le respect des normes environnementales, sociales et de sécurité, avec un taux national de 75% d’ici à 2025 dont 50% en milieu rural et 90% en milieu urbain et une bonne tenue du plan de tensions a tous les nœuds à l’horizon 2025. De façon technique, il va s’agir de construire des réseaux de transport de 330 KV, 161 KV et 63 KV et de répartition de 33 KV pour un quadrillage adéquat du territoire. Une meilleure pour le Ministère de l’Énergie (ME) de mieux maîtriser les baisses de tension, les pertes techniques et de développement de la charge industrielle sur toute l’étendue du territoire béninois. D’autres caractéristiques permettent d’expliquer le projet d’électrification financé par la BADEA et le FSD. Il faut retenir la construction de sous-stations de 161/63 KV et de 63/15-20 KV ainsi que la construction de réseaux de distribution en vue d’un accès accru et durable à l’électricité en milieu urbain et rural sans oublier la fourniture et l’installation de kits de branchements. Deux volets sous-tendent ce projet. Le premier volet concerne la distribution Haute Tension (HTA) et Basse Tension (BT) qui est composé de la construction de 335 km de ligne HTA et 220 km de lignes BT ; la pose de 240 transformateurs de distribution HTA/BT ; le branchement de 60.000 nouveaux clients BT. Le deuxième volet, il s’agit de la ligne HTB et postes associés qui sera constitué de 15 km de lignes souterraines de 161 KV et poste 161/63 KV ; 25 km de lignes souterraines 63 KV de Maria-Gléta à l’aéroport de Glo-Djigbé et poste 63 / 20 KV – 2 x 20MVA à l’aéroport de Glo-Djigbé ; coupure d’artère sur la ligne HTB à Ouèdo et construction du poste 161/20 KV – 2 x 50MVA ; matériels de branchement pour le raccordement à coût forfaitaire des abonnés potentiels. Il est à préciser que la délégation de la BADEA était composée de plusieurs personnalités dont l’expert en infrastructures, Slaheddine Garra ; de l’expert juriste, Yahya Khettar et de l’expert économiste, Moustapha Boudadiya. Du côté du FSD, on notait la présence du spécialiste en suivi des projets, Abdallah Al-Zahrani ; du chef de projets, Saud Al-Shammari ; du chargé des prêts, Abdulrahman Al-Garawi ; et enfin du spécialiste du financement des exportations, Basel Al-Bassam. Inutile de relever que les financements apportés par la BADEA et le FSD est encore le signe manifeste de la confiance qu’accordent les fonds et banques arabes au gouvernement du président Patrice Talon qui n’a pas le choix que de maintenir le cap de la mise en œuvre des réformes courageuses entamées depuis 2016. Et le « Bénin Révélé » sera une réalité !

Be First to Comment

Laisser un commentaire

Mission News Theme by Compete Themes.