Press "Enter" to skip to content

Campagne de plantation de palmiers à huile : Un béninois apprécie et lance un appel

À peine lancée, que le peuple béninois apprécie déjà la campagne de plantation de palmiers à huile au Bénin. Rappelons que l’objectif du lancement de cette campagne qui a été procédé ce vendredi 29 mai par le ministre béninois de l’Agriculture, de l’Élevage et de la Pêche, Gaston Cossi Dossouhoui, relève d’un défi national. Celui de ramener la filière palmier à huile à retrouver ses lettres de noblesse dans l’économie nationale béninoise. Pour ce faire, le gouvernement du président Patrice Talon, à travers le Ministère de l’Agriculture, de l’Élevage et de la Pêche (MAEP), a mis en place par le CRAPP 920.000 graines germées auprès de 39 pépiniéristes et une production de 135.450 graines germées sur les pépinières de l’Institut National de Recherche Agricole (INRAB). L’Exécutif a également aidé à la production par toutes les pépinières agréées du Bénin de 863.185 plants de palmier à huile sélectionnés pour 6.036 ha de nouvelles plantations. Le pôle 6 dont la culture locomotive est le palmier à huile a acquis au profit des planteurs du département du Plateau, au Sud-est du Bénin, environ 30.000 plants sélectionnés aux fins de mise en place à prix subventionné pour couvrir près de 400 ha de nouvelles plantations. Ainsi donc, 762 producteurs de palmier à huile sélectionnés ont bénéficié d’une formation sur les itinéraires Techniques de Production. Hier, à Ifangni, commune du lancement officiel de la campagne, le ministre béninois de l’Agriculture, de l’Élevage et de la Pêche a appelé les acteurs à, eux-aussi, « jouer entièrement leur partition avec toute la dynamique requise pour que la filière palmier à huile retrouve ses lettres de noblesse dans l’économie nationale ».

« …mettre les plans de palmiers à disposition des demandeurs d’autres régions »

Mais au lendemain du lancement de cette campagne, un béninois a donné de la voix. « C’est une bonne nouvelle. », a apprécié le propriétaire de ce +229 96 22 00 42 sur le réseau social Whatsapp. « Seulement que les ATD (ATDA ndrl) doivent mettre les plans de palmiers à disposition des demandeurs d’autres régions. C’est mon souhait. », a-t-il émis. Il faut comprendre ce citoyen béninois. En effet, selon le Décret N°2O17-101 du 27 février 2017 constatant l’approbation de la création des Agences Territoriales de Développement Agricole (ATDA), l’Article 4 permet de connaître le périmètre de juridiction des 7 pôles. Ainsi le siège social de l’Agence Territoriale de Développement Agricole est fixé à :

  1. Malanville pour le pôle de développement « Vallée du Niger » ;
  2. Kandi pour le pôle de développement « Alibori Sud – Borgou Nord – 2 Kp » ;
  3. Natitingou pour Ie pôle de développement « Atacora Ouest » ;
  4. Parakou pour Ie pôle de développement « Borgou Sud – Donga – Collines » ,
  5. Abomey pour le pôle de développement « Zou – Couffo » ;
  6. Pobè pour le pôle de développement « Plateau » ; et enfin
  7. Abomey-Calavi pour le pôle de développement « Ouémé – Atlantique – Mono ».

Au regard de ces précisions supra cité, l’appel du compatriote est bien compréhensible. « Je ne suis pas dans la zone expérimentale, mais je suis dans le besoin de plans de palmiers sélectionnés. », a fait savoir le +229 96 22 00 42. Vivement que son appel puisse tomber dans de bonnes oreilles bien audibles, notamment celles de la Directrice Générale de l’ATDA, pôle 6, Gwladys Tossou Lokossou. Cette dernière a d’ailleurs souligné ce vendredi que les actions se mènent depuis bientôt quatre ans afin que le palmier à huile béninois refleurisse à nouveau.

Be First to Comment

Laisser un commentaire

Mission News Theme by Compete Themes.