Press "Enter" to skip to content

Gouvernance locale : Alassane Seïdou demande aux préfets de suspendre ceci aux nouveaux maires

Photo : Le ministre béninois de la Décentralisation et de la Gouvernance Locale, Dr Alassane Seïdou


Fin ce week-end de la désignation des maires par leur parti et de leur installation par les préfets de département. Ce samedi 6 juin, la quatrième (4ème) mandature de la décentralisation au Bénin a une image de trois couleurs bloquées dans une république qui doit émerger sous l’ombre d’un baobab. Mais avec le développeur-né, le chef de l’État béninois Patrice Talon, la gouvernance, qu’elle soit locale ou centrale, elle n’a qu’une seule couleur : Bénin Révélé. Et justement pour maintenir le cap des réformes constructives amorcées par le patron de la Rupture depuis le 6 avril 2016, les préfets sont appelés à engager les nouveaux maires dans le Nouveau Départ. Ce n’est pas la rédaction differenceinfobenin.com du Groupe de presse DIFFÉRENCE qui le leur demande, mais plutôt le gouvernement béninois. En effet, avant de procéder à l’installation des derniers Conseils communaux, le ministre béninois de la Décentralisation et de la Gouvernance Locale a adressé, jeudi 4 juin, un message aux 10 préfets des 12 départements que compte le Bénin. Dans le message-radio référencé N°433/MDGL/SGM/SP-CONAFIL/SD, l’autorité ministérielle demande, en objet, aux préfets de suspendre toutes opérations d’engagement, mandatement, recrutement et nomination avant d’être plus clair dans la transmission. « Honneur vous demander STOP vouloir bien informer maires communes sous vos tutelles respectives STOP arrêt STOP », a demandé Dr Alassane Seïdou. Il faut expliquer que dans le document administratif signé par le Secrétaire Général Adjoint du Ministère (SGAM), Crespin Guidi, et dont une copie est parvenue à la rédaction de votre Journal, on note 3 gros points au sujet de la suspension :

  1. Toutes opérations engagements financiers STOP engagements juridiques STOP mandatements STOP à l’exception opérations relatives dépenses obligatoires ci-après STOP salaires STOP eau STOP électricité STOP état civil STOP frais financiers éventuels dont paiement arrivé à échéance STOP Paurad STOP reliquats fonds transition eau STOP
  2. Tous recrutements STOP
  3. Toutes nominations STOP

Il convient de noter également que le document renseigne qu’ « en cas de dépenses réellement obligatoires en dehors de celles citées ci-dessus », les maires doivent adresser une demande d’autorisation d’opération de dépenses au ministre béninois de la Décentralisation et de la Gouvernance Locale. Cette demande doit être accompagnée des preuves justificatives d’urgence desdites dépenses. Les préfets sont donc appelés à la veille stricte de l’application et de l’exécution sans faille de ces instructions du gouvernement du président Patrice Talon. Il faut reconnaître qu’au regard de l’importance de cette décision, la 3ème  mandature de la décentralisation en fin de mission sera fouillée de fond en comble. Ainsi, les 77 précédents maires, qu’ils soient reconduits au pas, sont potentiellement des clients d’un audit sur leur gestion. C’est bien cela le timbre de la bonne gouvernance de Patrice Talon qui place chaque auteur de gestion devant le miroir de ses responsabilités. Les prisons attendent les pensionnaires dans le rang des élus locaux 2015-2020 dont les uns préparent d’ores et déjà leurs valises pour Akpro-Missérété, et les autres pour sortir du pays. Ce dernier cas est plus ou moins possible.

Be First to Comment

Laisser un commentaire