Press "Enter" to skip to content

France : Destituer Emmanuel Macron ? Nicolas Dupont-Aignan se demande s’il fallait pas en arriver à ça

Photo : Le président de Debout la France, Nicolas Dupont-Aignan, le 27 octobre 2020, à Paris, lors de la réunion des chefs de partis autour du Premier ministre français, Jean Castex


Le candidat souverainiste à la présidentielle française de 2022, Nicolas Dupont-Aignan, s’est demandé hier, jeudi 28 janvier « s’il fallait en arriver à la destitution d’Emmanuel Macron ». Ceci, selon le chef de file de Debout la France, pour « qu’il cesse de nuire et de détruire la démocratie », notamment à propos de la crise sanitaire. « À force d’être enfermés, provoqués, méprisés, attention les français sont de plus en plus nombreux à vouloir le révoquer. On ne compte plus les appels au déclenchement de l’article 68 (de la Constitution) sur la destitution du président de la République. », a affirmé Nicolas Dupont-Aignan, lors de ses vœux à la presse, en citant un appel dans ce sens du chanteur Francis Lalanne. « Faudra-t-il en arriver là, pour qu’il rende des comptes à la Nation, pour qu’il cesse de détruire notre démocratie, pour qu’il cesse de nuire? », a demandé le président de Debout la France. « Il y a urgence à changer de politique avant l’explosion populaire. », a ajouté le député de l’Essonne, qui ne souhaite « pas qu’on en arrive là » parce qu’il est « respectueux des institutions ».

« Mais à un moment, quand des ordres sont stupides et inefficaces, le peuple se rebelle. »

Nicolas Dupont-Aignan

Le chef de file de Debout la France prévoit une « explosion populaire », mais ne la souhaite pas. « Mais à un moment, quand des ordres sont stupides et inefficaces, le peuple se rebelle. », a prévenu Nicolas Dupont-Aignan, qui a déjà manifesté aux côtés de l’ex-FN Florian Philippot près du Ministère de la Santé de France contre la « coronafolie ». « À l’enfermement à perpétuité », il a dit « préférer rendre le contrôle effectif » aux frontières, distribuer des masques FFP2 aux plus fragiles, doubler les lits de réanimation. Il a aussi défendu la réouverture des restaurants. Le candidat à la succession d’Emmanuel Macron à l’Élysée a par ailleurs jugé « prometteur » le taux de 7% de voix dont le crédite un récent sondage Harris Interactive. Il a aussi fustigé à nouveau le duel Le PenMacron annoncé pour le second tour en 2022. « C’est un peu comme au foot. Quand on veut battre l’équipe adverse, on ne met pas les mauvais joueurs sur le terrain. Marine Le Pen n’est pas la meilleure joueuse à mettre sur le terrain pour battre Emmanuel Macron. », a soutenu Nicolas Dupont-Aignan. L’ancien allié de Marine Le Pen au second tour de la présidentielle de 2017 a choisi cette fois de faire cavalier seul. Ce qui a généré des départs de cadres de DLF vers le RN, que le président de Debout la France a recensé à 38 personnes, sur 12.000 adhérents.

Be First to Comment

Laisser un commentaire

Mission News Theme by Compete Themes.