Press "Enter" to skip to content

Ouidah : Le Centre Culturel de Rencontre International (CCRI) John Smith officiellement mis en service

Photo : Une vue de l’intérieur du CCRI John Smith, à Ouidah, ce mardi 15 juin


Un espace pluridisciplinaire pour l’expression artistique et culturelle. C’est bien-là une preuve palpable de la dynamique du gouvernement du président Patrice Talon de faire notamment de la culture, un instrument de développement intégral sur son chemin du « Bénin Révélé ». C’est la ville historique de Ouidah, dans le département de l’Atlantique, au Sud du Bénin, qui brandille cette preuve à la face du monde. C’est bien un musée simplement à ciel ouvert, qui vient d’être doté d’un beau fleuron pour la sauvegarde et la promotion du patrimoine culturel et l’expression artistique et culturelle. Il faut le dire tout de suite que le Centre Culturel de Rencontre International (CCRI) John Smith, est le fruit de la bonne coopération tripartite entre l’État béninois, la mairie de Ouidah et le porteur du projet Janvier Nougloï. Ce dernier est un acteur culturel chevronné. Le CCRI est désormais ouvert aux publics à travers une cérémonie inaugurale qui s’est déroulée hier, mardi 15 juin, en présence d’une longue suite d’autorités communales et départementales, mais aussi et surtout des sages et têtes couronnées sans oublier d’acteurs culturels. La cérémonie inaugurale a été placée sous la haute autorité du ministre béninois du Tourisme, de la Culture et des Arts, Jean-Michel Hervé Abimbola. Au cours de cette cérémonie, le partenaire privilégié a fait un important rappel génésiaque du projet et les difficultés rencontrées.Janvier Nougloï  n’est pas allé par quatre chemins pour  inviter l’assistance à saluer la convergence entre la détermination du gouvernement béninois et l’ambition de la mairie de Ouidah. Une convergence qui, selon lui, a permis la concrétisation du projet. Il faut signaler que cette œuvre culturelle n’a pas été concrétisée sans l’appui d’autres partenaires internationaux comme l’Association Internationale des Maires Francophones (AIMF) et l’Association des Centres Culturels de Rencontres (ACCR). La présence de leur représentant respectif, Pierre Baillet et Bernard Latarget, a d’ailleurs rehaussé l’image de la cérémonie inaugurale du joyau. 

Il est à préciser que l’infrastructure a été réalisée sur les lieux de l’ancien tribunal de conciliation sis en face de l’hôtel de ville de Ouidah. Pour credo culturel, le CCRI John Smith de Ouidah, se symbolise comme un centre pluridisciplinaire autour des écritures contemporaines. Puisqu’on y retrouve un centre de recherche sur l’esclavage, un théâtre de verdure plein air, une bibliothèque, un espace multimédia, des jardins et un restaurant, pour accueillir des spectacles, des expositions d’art, des séminaires, des résidences d’artistes et autres. Le premier citoyen de la ville de Ouidah, Christian Houétchénou, a trouvé les mots qu’il faut pour saluer le management de l’autorité ministérielle grâce à qui ce partenariat a été signé avec le Gouvernement pour la réalisation du projet. Le maire a également exprimé sa joie de voir cet espace venir renforcer les nombreuses actions de développement dont bénéficie sa ville, mettant plus en valeur son histoire et son patrimoine culturel. Le décor culturel des lieux pour les manifestations officielles d’inauguration n’a pas permis au patron du Ministère du Tourisme, de la Culture et des Arts (MCTA) de garder ses mots. « La volonté du gouvernement du président Patrice Talon est de prendre des mesures adéquates pour faire de la culture béninoise une culture dynamique et révélée, un instrument de développement intégral de notre pays. », a affirmé Jean-Michel Hervé Abimbola.

« La manifestation de cet engagement à soutenir les initiatives en faveur de la promotion et de la valorisation de notre patrimoine commun, par notamment la décision d’accorder une subvention annuelle pour le fonctionnement du CCRI John Smith constitue une preuve supplémentaire de la détermination du Gouvernement à donner encore plus de contenu à la politique culturelle nationale. »

Jean-Michel Hervé Abimbola

À en croire le collaborateur du chef de la Rupture, ceci se traduit par les multiples actions et investissements portés par le Programme d’Actions du Gouvernement (PAG). Toute chose qui vise la mise en valeur et une meilleure promotion de nos identités, ainsi que le renforcement des échanges et la recherche artistique et culturelle. « La manifestation de cet engagement à soutenir les initiatives en faveur de la promotion et de la valorisation de notre patrimoine commun, par notamment la décision d’accorder une subvention annuelle pour le fonctionnement du CCRI John Smith constitue une preuve supplémentaire de la détermination du Gouvernement à donner encore plus de contenu à la politique culturelle nationale. », a déclaré Jean-Michel Hervé Abimbola. Il convient de souligner la dernière étape qui a marqué la fin de la cérémonie inaugurale, à savoir une visite guidée des différents compartiments du CCRI John Smith, notamment l’exposition permanente « Femmes et esclavages ». Une œuvre artistique qui porte la réalisation partenariale de l’Association Française Les Anneaux de la Mémoire (villes de Nantes), en France, et des artistes plasticiens béninois. Cette œuvre a retenu l’attention curieuse de tous et de toutes.

Be First to Comment

Laisser un commentaire

Mission News Theme by Compete Themes.