Press "Enter" to skip to content

France : Le tueur présumé du prêtre Olivier Maire hospitalisé, sa garde à vue levée

Photo : La police française sur les lieux du meurtre d’Olivier Maire à Saint-Laurent-sur-Sèvre


En France, la garde à vue du tueur présumé du prêtre Olivier Maire, en Vendée, a été levée. En effet, le présumé incendiaire de la cathédrale de Nantes en juillet 2020, est hospitalisé. L’homme âgé de 40 ans, auteur de la mort du responsable religieux qui a été tué à Saint-Laurent-sur-Sèvre, dans les locaux de la communauté des frères missionnaires Montfortains, souffre de troubles psychiatriques. Il a donc été conduit à l’hôpital pour y être soigné, selon les sources proches du dossier. La garde à vue du suspect qui s’est accusé hier, lundi 9 août, du meurtre d’un prêtre qui l’hébergeait en Vendée, a notamment été levée pour « incompatibilité avec son état de santé. », ajoutent les mêmes sources. Il faut noter que l’individu, Emmanuel Abayisenga, était sortis le 29 juillet dernier de l’hôpital Georges Mazurelle à la Roche-Sur-Yon où il avait été en soins psychiatriques pendant un mois, a-t-on indiqué de source policière.

Un africain

L’homme qui a reconnu les faits à la gendarmerie de Mortagne-sur-Sèvre est un ressortissant rwandais qui est mis en examen et a été placé sous contrôle judiciaire dans le cadre de l’enquête sur l’incendie de la Cathédrale de Nantes, il y a de cela un peu plus d’un an ; il devait pointer à la gendarmerie tous les 15 jours et avait interdiction de se rendre en Loire-Atlantique. Cela faisait plusieurs semaines que la victime avait recueilli Emmanuel Abayisenga, après sa détention provisoire, et l’hébergeait au sein de la communauté des frères missionnaires Montfortain. Arrivé en France en 2012 après avoir fui son pays natal où il se disait en danger, l’homme avait effectué de nombreuses démarches en vue d’obtenir l’asile, mais toutes avaient été rejetées selon 20 Minutes qui précise qu’il faisait l’objet d’une Obligation de Quitter le Territoire Français (OQTF) depuis 2019. Celle-ci n’avait, à l’époque, pas été mise en œuvre. « Les deux premières décisions ont été cassées par le tribunal administratif de Nantes et nous attendions le retour du tribunal pour la troisième. », a expliqué Gérald Darmanin depuis la Vendée, précisant que le ministère de l’Intérieur avait refusé de lui accorder l’asile. 

Be First to Comment

Laisser un commentaire

Mission News Theme by Compete Themes.