Press "Enter" to skip to content

France : Un prisonnier prend en otage deux surveillants de la prison de Condé-sur-Sarthe

Photo : Des policiers français devant la prison de Condé-sur-Sarthe après l’agression de deux surveillants le 5 mars 2019


Condamné à la réclusion criminelle à perpétuité pour viol et meurtre, un détenu est en action dans une prison française comme s’il tournait un épisode d’un film de Prison Break. Puisque les caméras sont braquées sur la maison d’arrêt de Condé-sur-Sarthe (Orne) où une opération de libération d’otages est actuellement en cours. En effet, deux gardiens de cette prison ont été retenus en otage dans la matinée de ce mardi 5 octobre, dans cet établissement pénitentiaire français. « L’un d’eux a été blessé. », selon une source policière. « La prise d’otages est en cours. », ajouté-t-elle, sans donner plus de précisions. 

« L’un des deux otages a été relâché à la mi-journée tandis que le surveillant, blessé à l’œil était toujours retenu. »  

Ministère français de la Justice

À en croire les informations du ministère français de la Justice dans un communiqué, « l’un des deux otages a été relâché à la mi-journée tandis que le surveillant, blessé à l’œil était toujours retenu ». Une autre source proche du dossier, affirme que les deux surveillants sont un homme et une femme et le preneur d’otage un détenu de droit commun. D’après le département ministériel que dirige Me Éric Dupond-Moretti, des négociations ont été engagées par le personnel pénitentiaire avec le détenu, tandis que les Équipes Régionales d’Intervention et de Sécurité (ERIS) de Rennes étaient en route vers l’établissement. Une cellule de crise a immédiatement été ouverte, selon la même source.

Qui est ce preneur d’otage qui joue à un film hollywoodien ?

Des informations du ministère français de la Justice, le preneur d’otage, né en 1987, ne présente pas de profil « terroriste ni radicalisé ». C’est tout sur ce pensionnaire de la maison d’arrêt de Condé-sur-Sarthe. Mais il faut dire que cette prison française avait déjà connu une prise d’otages en juin 2019. Quelques mois plus tôt, en mars de la même année, un détenu radicalisé avait par ailleurs poignardé deux surveillants dans cette même prison. Il convient de rappeler que cet état de chose avait déclenché des blocages de prisons et des manifestations de gardiens sur tout le territoire du pays que dirige Emmanuel Macron.

Be First to Comment

Laisser un commentaire

Mission News Theme by Compete Themes.