Press "Enter" to skip to content

France – Coronavirus : La 3ème dose de rappel des vaccins, élargie et voici les français concernés

Jamais deux sans trois. La troisième dose de rappel des vaccins contre le Coronavirus, élargie est déjà prête pour être reçue en France. Mais qui sont ces concitoyens d’Emmanuel Macron qui pourraient en bénéficier ? La rédaction differenceinfobenin.com et celle du journal quotidien « Différence Info » du Groupe de presse « DIFFÉRENCE » ici à Porto-Novo, ont su et informent leurs chers lecteurs, notamment ceux qui sont en France. D’abord il faut dire que le gendarme européen a donné son feu vert à l’injection d’un rappel des vaccins contre le Coronavirus à tous les adultes, l’autorité française veut être plus sélective pour l’heure. Après donc les personnes les plus à risque (personnes âgées, comorbides ou immunodéprimées) face au Coronavirus, ce sont maintenant ceux qui les côtoient qui pourraient bénéficier d’une 3ème dose de rappel des vaccins contre le Coronavirus. C’est en tout cas ce que recommande la Haute Autorité de Santé (HAS) dans un avis rendu public ce jour, mercredi 7 octobre. Deux jours plus tôt, l’Agence Européenne du Médicament (AME) estimait qu’au vu des données scientifiques, une troisième dose de vaccin Pfizer pourrait être utile pour tous les adultes de plus de 18 ans face au Coronavirus.

« Il faudrait la proposer à l’ensemble des professionnels qui prennent en charge ou accompagnent les personnes vulnérables ainsi qu’à l’entourage des personnes immunodéprimées. »

HAS


Mais plutôt que d’ouvrir le rappel à tous, la HAS propose au gouvernement de fonctionner par étapes. Après les personnes les plus à risque qui peuvent déjà recevoir une troisième dose depuis la rentrée scolaire, « il faudrait la proposer à l’ensemble des professionnels qui prennent en charge ou accompagnent les personnes vulnérables ainsi qu’à l’entourage des personnes immunodéprimées. ». Diverses études confirment une baisse de l’efficacité du vaccin après 6 mois, même si celle-ci reste élevée pour la prévention des formes graves, note la HAS. On ne sait toujours pas exactement à quel point cette diminution est due à l’émergence du variant Delta (qui, sur les derniers mois, s’est imposé dans le monde) ou à une véritable baisse dans le temps de l’efficacité des vaccins après deux doses. Quoi qu’il en soit, une dose de rappel, dans ce contexte, permet d’augmenter l’efficacité des vaccins. Citant les dernières données publiées par Pfizer mi-septembre, la HAS rappelle qu’avec une troisième dose, le risque d’infection est dix fois plus faible. Pour les formes graves, il y en a près de 20 fois moins chez les personnes ayant bénéficié d’un rappel, comparé à celles avec simplement deux doses.

« On observe toujours un nombre significatif d’infections en établissements de santé. »

HAS


En faisant un rappel à ceux qui ne sont pas à risque, mais sont au contact de personnes à risque, on diminue le risque de transmission. Car la HAS note qu’ « on observe toujours un nombre significatif d’infections en établissements » de santé. Concrètement, l’ensemble des professionnels du secteur de la santé, du transport sanitaire et du secteur médico-social devraient être concernés, estime la haute autorité. Cela représente 3,5 millions de personnes. De plus, les personnes dans l’entourage des personnes immunodéprimées (chez qui l’efficacité du vaccin est diminuée) devraient également être concernées, afin de diminuer le risque d’infection. Si les résultats pour la 3e dose sont positifs, alors pourquoi ne pas ouvrir la 3e dose à tous les adultes ? « Il est nécessaire de renforcer la protection vaccinale des populations les plus exposées au virus et susceptibles de transmettre la maladie aux personnes étant à leur contact, en particulier si celles-ci sont à risque de faire une forme sévère de Covid-19 ou d’en mourir. », précise la HAS. À l’inverse, note l’autorité, la diminution de l’efficacité des vaccins pour les jeunes adultes en bonne santé n’est pas encore claire. Et comme la situation sanitaire s’améliore ces dernières semaines, il n’est pas justifié « à ce stade de recommander l’administration d’une dose supplémentaire en population générale ». Pour autant, « une dose de rappel deviendra probablement nécessaire au cours des mois qui viennent. », rappelle la HAS. En attendant, si le gouvernement français suit l’avis de l’autorité, cela veut dire qu’environ 4 millions de personnes supplémentaires pourraient bénéficier de cette 3ème dose de rappel. Rappelons que jusque-là seuls les français âgés de 65 ans et personnes à risque étaient concernés.

Be First to Comment

Laisser un commentaire

Mission News Theme by Compete Themes.