Press "Enter" to skip to content

OMS – Coronavirus : L’organisation évoque un risque de 500.000 morts supplémentaires dans un continent d’ici février prochain

« Le rythme actuel de transmission dans les 53 pays de la région européenne est très préoccupant. » 

Hans Kluge

L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) s’est alarmée, ce jour, du rythme « très préoccupant » de transmission de l’ennemi invisible cruel et meurtrier mondial, Coronavirus, qui hissé son drapeau macabre depuis 2020, actuellement en Europe, qui pourrait déboucher sur un demi-million de morts supplémentaires sur le Vieux continent d’ici février prochain. « Nous sommes, de nouveau, à l’épicentre. », a déploré le Directeur de l’OMS Europe, Hans Kluge, lors d’une conférence de presse en ligne animée ce jeudi 4 novembre. « Le rythme actuel de transmission dans les 53 pays de la région européenne est très préoccupant (…) si nous restons sur cette trajectoire, nous pourrions voir un autre demi-million de décès dus au Covid-19 dans la région d’ici février. », a-t-il affirmé. Pur l’OMS, l’augmentation des cas s’explique par la combinaison d’une couverture vaccinale insuffisante et de l’assouplissement des mesures anti-Covid.

Russie, Ukraine et Roumanie, le trio de tête de la hausse du décès 

Selon les données de l’OMS Europe, les hospitalisations liées au Coronavirus « ont plus que doublé en une semaine ». Le nombre de nouveaux cas par jour est en hausse depuis près de six semaines consécutives en Europe et le nombre de nouveaux morts par jour est en hausse depuis un peu plus de sept semaines consécutives, avec environ 250.000 cas et 3600 décès quotidiens, selon les données officielles par pays. La hausse actuelle est notamment portée par la Russie (8162 décès ces sept derniers jours), l’Ukraine (3.819 décès) et la Roumanie (3100 décès), selon ses données. L’organisation a appelé à continuer à utiliser massivement les masques face à la pandémie. « Des projections fiables montrent que si nous parvenions à un taux d’utilisation de 95% des masques en Europe et en Asie centrale, nous pourrions sauver jusqu’à 188 000 vies sur le demi-million de vies que nous risquons de perdre d’ici février 2022. », a noté Hans Kluge.

Be First to Comment

Laisser un commentaire