Press "Enter" to skip to content

RDC : Augustin Matata Ponyo libre, le gouvernement débouté, la Cour constitutionnelle ne peut pas juger un Premier-ministre

Photo : L’ancien Premier-ministre rd-congolais, Augustin Matata Ponyo


Augustin Matata Ponyo est libre de ses mouvements, le juger n’est plus possible en République Démocratique du Congo (RDC). Enfin, c’est le moins qu’on puisse dire pour l’heure. Sinon, quelle juridiction rd-congolaise sera habilitée de se chargera de son dossier : détournement de centaines de millions de dollars allouées à la construction du parc agro-industriel de Bukanga-Lonzo ? La rédaction differenceinfobenin.com et celle du journal quotidien « Différence Info » du Groupe de presse « DIFFÉRENCE » ici à Porto-Novo sont dans l’attente de la réponse du côté de Kinshasa, quand on sait que la plus haute juridiction du pays s’est déchargée dudit dossier, déboutant ainsi le plaignant (gouvernement rd-congolais). En effet, la Cour constitutionnelle rd-congolaise a déclaré, ce jour, lundi 15 novembre, qu’elle était incompétente pour juger l’actuel sénateur (député au Bénin) Augustin Matata Ponyo. Ancien Premier-ministre rd-congolais au moment des faits, l’homme politique était poursuivi dans ce dossier avec deux autres personnalités du pays, à savoir notamment de l’ancien ministre rd-congolais délégué aux Finances, Patrice Kitebi, et du gérant de la société sud-africaine Africom, Kristo Groblert.

« Le droit a été dit »

Avocats d’Augustin Matata Ponyo

Les institutions, fonctionnant dans la République et démocratiquement en place dans le pays, la défense de Matata Ponyo en a profité au bout d’une semaine pour enfoncer le clou. En cause, l’un des avocats de l’ancien chef du gouvernement rd-congolais, Me Nyabirungu Mwene Songa, soulevé des préalables et des exceptions au sujet de la compétence de la Cour constitutionnelle à pouvoir juger son client. Le professionnel de droit s’était référé à la Constitution de la RDC lever le lièvre sur la compétente de la plus haute juridiction du pays pour juger un ancien Premier-ministre. Le droit a certainement été observé pour donner raison à l’accusé au regard de l’ambiance qui a prévalue dans le prétoire dès les premières secondes après la déclaration de l’incompétence de la Cour. « Le droit a été dit », a reconnu la coordination du conseil d’Augustin Matata Ponyo. Il convient de dire que le gouvernement débouté n’a pas encore réagi suite à ce qu’on peut appeler une décision favorable pour Matata Ponyo qui attend bien évidemment que réparation soit faite. Wait and see !

Be First to Comment

Laisser un commentaire