Press "Enter" to skip to content

Cameroun : Samuel Eto’o Fils, sûr d’être le prochain président de la Fecafoot, dépose sa candidature

Photo : Le candidat Samuel Eto’o Fils, à Yaoundé, ce mercredi 17 novembre


L’ancien footballeur international camerounais, Samuel Eto’o Fils, est définitivement lancé dans la course à fond pour la présidence de la Fédération Camerounaise de Football (FéCaFoot). Le dépôt officiel de sa candidature a été acté ce mercredi 17 novembre, à Yaoundé. Les différentes entreprises de ses compatriotes à la maison FéCaFoot, n’ont pas émoussé l’ardeur de la légende du football africain et mondial de parvenir à la première étape de son projet. Un chemin sur lequel plusieurs offres empoisonnées ont été proposées à l’ancien Lion qui a refusé d’être indompté. « On m’a proposé le poste de vice-président, et j’ai refusé. », a publiquement déclaré le candidat Samuel Eto’o Fils. Devant une foule des adhérents à la cause de sa candidature, l’ex-Capitaine des Lions Indomptables du Cameroun a rassuré ses supporters d’avoir d’ores et déjà gagné ce match présidentiel FéCaFoot. « Je serai le prochain président de la fédération malgré toutes les tricheries. », a lancé le candidat favori. Dans ce sens, il a averti ses adversaires. « Je prie le camp d’en face de faire attention, parce que nous avons accepté beaucoup de choses. », a exprimé Samuel Eto’o Fils. Très à l’aise dans la peau d’un vrai attaquant, l’ancienne star de l’offensive barcelonaise a fait des mises en garde à l’endroit des dirigeants sortants de la FéCaFoot.

« La reconstruction du football camerounais »

Samuel Eto’o Fils

C’était devant la population de la capitale économique camerounaise et d’autres régions du pays. « Si l’un des camerounais qui a bien voulu me donner son parrainage est éliminé, je viendrai ici avec toute cette foule qui me suit, et même celle des autres régions, pour les déloger. », a adressé le candidat à la fin du remplissage des formalités du dépôt de sa candidature. Un exercice que le quadragénaire a réussi en fond sonore de « Eto’o président ! Eto’o président ! » des centaines de camerounais indéfectiblement acquis à « la reconstruction du football camerounais » dont l’ancien dossard 9 du leader des champions d’Afrique a jugé, le mercredi 22 septembre dernier, venir le temps de lancer le chantier. Au milieu de ces derniers amassés devant le siège de la FéCaFoot, ce mercredi, le candidat Samuel Eto’o Fils déclare que le président sortant de la FéCaFoot avait « lamentablement échoué » à sa mission à la tête du football camerounais. La confiance des camerounais et des acteurs du football reste très élevée pour l’ex-champion des clubs européens. Sa candidature sonne comme un messi pour sortir la FéCaFoot de l’ornière dans laquelle elle est plongée depuis plusieurs mois. Le principal acteur, le locataire sortant, Séidou Mbombo Njoya, avait été élu en 2018, sous fond de contestation de plusieurs acteurs du sport roi camerounais.

«  Les promesses faites’ il y a trois ans, par Seidou Mbombo Njoya, me paraissaient dignes d’intérêt pour l’avenir de notre pays. »

Samuel Eto’o Fils

Une contestation qui s’est manifestée jusqu’au devant du Tribunal Arbitral du Sport (TAS) qui avait décidé d’annuler l’élection de Séidou Mbombo Njoya, mi-janvier dernier. Mais la décision de l’instance judiciaire ne sera jamais respectée. Njoya a fini par être maintenu dans le siège de la présidence du FéCaFoot avec pour mission : l’organisation de nouvelles élections. Un maintien qui a tapé sur les nerfs d’une grande partie des acteurs du cuir rond camerounais. Un nouveau président qui sera désigné par les frondeurs ne recueille pas le soutien et la légitimité de la Fédération Internationale de Football Association (FIFA) ni de la Confédération Africaine de Football (CAF). Soulignons que l’espoir du football camerounais, Samuel Eto’o Fils, se dit être « déçu » par Seidou Mbombo Njoya dont son soutien avait été décisif pour son élection en 2018 à la tête de la FéCaFoot. À en croire le futur président de la Fédération Camerounaise de Football, les propositions du président sortant n’étaient pas aussi mauvaises en 2018. «  Les promesses faites il y a trois ans, par Seidou Mbombo Njoya, me paraissaient dignes d’intérêt pour l’avenir de notre pays. », estimait Samuel Eto’o Fils. Il convient de noter que le scrutin présidentiel de la FéCaFoot a lieu en décembre prochain, soit un mois avant l’organisation de la deuxième édition de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) de football à 24 formats. Précisément du dimanche 9 janvier au lundi 7 février 2022. Le Cameroun est également qualifié pour les barrages de la qualification à la Coupe du Monde Qatar l’année prochaine, en éliminant la Côte d’Ivoire. 

Be First to Comment

Laisser un commentaire