Press "Enter" to skip to content

États-Unis – Sénégal : Washington et Dakar signent quatre protocoles d’entente pour plus d’un milliard de dollars d’investissements américains

Photo : Le Secrétaire d’État américain, Antony Blinken, et le président sénégalais Macky Sall, à Dakar, ce samedi 20 novembre


Fin de la tournée africaine du Secrétaire d’État américain, Antony Blinken. Après le Kenya et le Nigeria, le Sénégal était donc la dernière étape de cette sortie sur le continent du chef de la diplomatie américaine. La capitale dakaroise était le cadre idéal de plusieurs annonces, ce week-end, notamment l’assurance de la confiance des États-Unis dans la force de la démocratie sénégalaise. L’administration Biden a également promis le soutien du Washington pour produire des vaccins contre le Coronavirus et aussi des signatures de protocoles d’accord économique. Ce samedi 20 novembre, c’est sur le dernier point économique qu’Antony Blinken a eu à faire deux rencontres privée et publique. Primo, ce sont les acteurs économiques du secteur privé sénégalais qui se sont entretenus avec le patron de la diplomatie américaine, à Dakar. Puis secundo, Antony Blinken a bouclé ce chapitre à la présidence sénégalaise où il a été reçu en audience par le locataire en cours du deuxième mandat, le président Macky Sall

Bonne coopération économique : modèle de la démocratie sénégalaise

Là-bas, le collaborateur direct du 46ème président des États-Unis, Joe Biden, a signé quatre protocoles d’entente pour plus d’un milliard de dollars d’investissements américains. Au Sénégal, cet important montant sera reparti dans les infrastructures routières et la sécurité publique, deux secteurs inévitables du développement durable et l’émergence économique d’une nation comme le Sénégal. Le N•1 de la diplomatie américaine s’est félicité de la bonne coopération économique entre les États-Unis et le Sénégal dans laquelle il voit le modèle de la démocratie sénégalaise. Soulignons que le discours du Secrétaire d’État américain durant ces moments officiels a été prononcé en français parfaitement maîtrisé par Antony Blinken. Mais pour la conférence de presse aux côtés de la ministre sénégalaise des Affaires Étrangères, Aïssata Tall Sall, l’américain a préféré l’anglais pour bien répondre clairement aux professionnels des médias afin de permettre à ces derniers de produire des articles crédibles.

« La bonne gouvernance et l’état de droit sont en fait payants pour les citoyens de manière concrète, comme par exemple une économie résiliente et inclusive, ou une société pacifique et pluraliste. »

Anthony Blinken

Hier, devant le représentant de Washington, Dakar a exposé ses assurances, faisant à haute voix l’éloge de la stabilité socio-politico-économique au Sénégal. « Aucune démocratie ne peut être considérée comme acquise. », avance Dakar. Une voix donnée, avant le forum Chine-Afrique, qui a fait réagir Washington. « La bonne gouvernance et l’état de droit sont en fait payants pour les citoyens de manière concrète, comme par exemple une économie résiliente et inclusive, ou une société pacifique et pluraliste. Étant donné le leadership du Sénégal dans l’Union Africaine dont il aura la présidence l’année prochaine, dans la Cédéao. Le Sénégal est dans très une bonne position pour aider à faire progresser la démocratie et la sécurité en Afrique de l’Ouest et à travers tout le continent. », a déclaré Antony Blinken. Rappelons que le forum qui se tiendra à la fin de ce mois, dans la capitale sénégalaise, porte sur la coopération entre la Chine et l’Afrique.

À entendre la cheffe de la diplomatie sénégalaise qui n’est pas allée par quatre-chemins pour rassurer sur les liens forts qui unissent les États-Unis et son pays, beaucoup de viandes dans la sauce ne gâte pas la sauce, pourvu que l’entente soit. « Est-ce qu’il y a un choix à faire entre les États-Unis et tous les autres ? », à d’abord lancé en interrogation, Aïssata Tall Sall avant d’expliquer. « Nous avons une diplomatie de souveraineté de laquelle nous n’excluons personne, mais aussi dans laquelle nous avons des partenaires historiques. », a déclaré la ministre sénégalaise des Affaires Étrangères. « On ne va pas jeter les anciens pour les nouveaux. On fait avec tout le monde, chacun selon ses intérêts, l’essentiel étant que nous puissions nous entendre. », a affirmé l’hôte d’Antony Blinken.

« Nous sommes (…) engagés à aider et à travailler étroitement avec le Sénégal pour augmenter les capacités à produire des vaccins. »

Antony Blinken 

Inutile de rappeler qu’aujourd’hui, signer des accords économiques sans penser aux moyens efficaces permettant de vaincre l’ennemi invisible cruel et meurtrier mondial, Coronavirus, est un coup d’épée dans l’eau. C’est dans cet esprit qu’avant de mettre un terme à son séjour sénégalais, le Secrétaire d’Était américain a visité l’Institut Pasteur de Dakar, qui va produire des vaccins anti-Covid. Les États-Unis sont prêts à investir trois millions de dollars. « Nous sommes aussi engagés à aider et à travailler étroitement avec le Sénégal pour augmenter les capacités à produire des vaccins. », a annoncé Antony Blinken. Et ceci pour une raison. « Parce qu’augmenter les capacités de production locales permet de distribuer plus facilement les vaccins et de sauver des vies. », a expliqué l’américain. Le premier diplomate des États-Unis est plus que présent sur le plan de la sécurité sanitaire. « Même si nous travaillons sur le Covid-19, nous savons qu’il y aura d’autres pandémies dans le futur. Nous devons trouver des moyens de travailler ensemble à un système mondialisé de sécurité sanitaire renforcé et ainsi prévenir plus efficacement le risque d’une nouvelle pandémie. », a prévenu Antony Blinken avant de retourner dans son pays.

Be First to Comment

Laisser un commentaire