Appuyez sur “Entrée” pour passer au contenu

Gestion d’État – Secteur énergie : Dona Jean-Claude Houssou interdit la comparaison du gouvernement de Patrice Talon aux précédents

Photo : Le ministre béninois de l’Énergie, Dona Jean-Claude Houssou, à Cotonou, ce lundi 4 avril


La réalité est parfois plus folle que la fiction. Au Bénin, les avancées considérables obtenues au bout de cinq ans grâce à des réformes ambitieuses et courageuses du président Patrice Talon, notamment dans le secteur de l’énergie, déshabillent les yeux de ses concitoyens. Pour les avoir exposés au cours de la deuxième édition de la Semaine de l’Énergie Électrique (SEE), du Nord au Sud et de l’Est à l’Ouest en passant par le Centre, le ministre béninois de l’Énergie n’entend pas comparer la gouvernance Talon à celle de Thomas Boni Yayi (2006-2016). Mieux, Dona Jean-Claude Houssou ajoute les passages à la tête du pays du prédécesseur de ce dernier, le feu Général Mathieu Kérékou. Pas son régime, mais plutôt sa gouvernance, notamment la dernière (2001-2006). C’était lors d’une rencontre causerie-débats avec ses partenaires privilégiés, messagers de la véracité des efforts de Patrice Talon dans le secteur de l’énergie. Une rencontre intitulée par le ministre de l’Énergie, « Les médias au cœur du système électrique ». L’événement inédit était à son quatrième Acte cette année et a été inscrit dans l’agenda de la SEE 2022.

« L’investissement fait durant le premier quinquennat de Patrice Talon est de loin supérieur à tous les investissements dans le secteur de l’énergie sur les trois quinquennats précédents. »

Dona Jean-Claude Houssou

L’ancien sociétaire de l’Électricité De France (EDF) durant plus de trois décennies, n’est pas allé par le dos de la cuillère pour interdire de comparer la gestion d’État sous Talon aux précédentes dans le secteur de l’Énergie. « L’investissement fait durant le premier quinquennat de Patrice Talon est de loin supérieur à tous les investissements dans le secteur de l’énergie sur les trois quinquennats précédents. », a déclaré Dona Jean-Claude Houssou. C’est une histoire qui mérite d’être racontée. « Je voudrais éclairer quelques pans de cette histoire-là et de ce qui nous attend. », avance-t-il, affirmant sans ambages que l’engagement du chef de l’État reste constant pour le secteur de l’énergie au point où pour le compte du PAG 2021-2026, cet engagement a été décuplé. « Le PAG 2 dans le secteur de l’énergie, c’est 36 projets dont 21 en cours et 15 nouvelles réformes. », a quantitativement relevé le ministre de l’Énergie. Et financièrement ? « C’est près de 12000 milliards de Francs CFA d’investissement dont 691 milliards déjà mobilisés et 508 milliards à rechercher. », a répondu et soutenu Dona Jean-Claude Houssou.

« L’objectif est d’aboutir à l’autonomie énergétique en 2023, 90% du taux de couverture nationale, 45% du taux d’accès à l’électricité d’ici 2026. »

Dona Jean-Claude Houssou

Au cours de cette rencontre de point des grandes réalisations dans le secteur de l’énergie par l’infatigable ministre de l’énergie sous l’impulsion du développeur-né, la rédaction differenceinfobenin.com et celle du journal quotidien « Différence Info » du Groupe de presse « DIFFÉRENCE » ont noté que celles prévues dans le PAG 2 sont près de 11% de l’ensemble des investissements entre 2021 et 2026. « L’objectif est d’aboutir à l’autonomie énergétique en 2023, 90% du taux de couverture nationale, 45% du taux d’accès à l’électricité d’ici 2026. », indique Dona Jean-Claude Houssou. Le chemin pour y arriver est déjà inauguré en août 2019 depuis Maria-Gléta, coûtant 91 milliards de Francs CFA, sur lequel il faut continuer la construction de la Centrale de Glo-Djigbé d’une capacité comprise entre 140 à 160 mégawatts. Un retour encore Maria-Gléta, toujours dans la commune d’Abomey-Calavi, une autre Centrale électrique, de 140 mégawatts, sera construite pendant qu’une Centrale solaire de 100 mégawatts à l’horizon 2026 serait aussi en construction. Au regard de tout ceci, tout porte à croire que le pays avait été dirigé par des béninois intellectuels tarés, comme le disait l’un des artisans de la Paix, l’ancien président feu Général Mathieu Kérékou. « Peut-être oui, peut-être non. », nuance le collaborateur de Patrice Talon. « C’est le manque de vision à long terme et un plan d’investissement (…), et manque d’anticipation du système énergétique. », a justifié Dona Jean-Claude Houssou.

Soyez le premier a laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Mission News Theme by Compete Themes.