Press "Enter" to skip to content

Crise post-électorale : le message à la taille du Bénin de Sébastien Ajavon, l’autre ténor de l’opposition béninoise

(Photo : Sébastien Ajavon le jour de son entrée en politique, à l’occasion de l’officialisation de sa candidature aux élections présidentielles de 2016)

Le dimanche 28 avril dernier, le peuple béninois était aux urnes pour élire ses nouveaux représentants au Palais des Gouverneurs à Porto-Novo pour le compte de la huitième (8ème) législature à travers le scrutin législatif marqué par l’absence de l’opposition, dont le parti Union Sociale Libérale (USL). Ce parti fondé et mis sur les fonds baptismaux le 24 mars 2018, a pour président, le roi de la volaille au Bénin, l’homme d’affaire et homme politique béninois, Sébastien Ajavon. L’homme arrivé troisième (3ème) derrière Lionel Zinsou (ex-premier ministre et candidat du gouvernement sortant) et Patrice Talon (actuel chef de l’État béninois) lors de la dernière présidentielle en 2016, sa toute première candidature à une élection présidentielle au Bénin, et en exil politique depuis sa condamnation à 20 ans de prison par la Cour de Répression des Infractions Économiques et du Terrorisme (CRIET) dans l’affaire dite de 18kg de cocaïne, n’est pas resté indifférent à la crise post-électorale qui sombre son pays, le Bénin, au lendemain des élections législatives du dimanche 28 avril 2019.

Le message à la taille du Bénin de Sébastien Ajavon

Dans un message court à la taille du Bénin, posté sur sa page facebook, Sébastien Ajavon, homme d’affaires, homme politique et opposant, s’est exprimé sur la crise post-électorale que vit le Bénin depuis le début du mois de mai. L’homme que les béninois appellent affectueusement « Fofo Séba » littéralement traduit par « Grand frère Séba », a déclaré ce qui suit :

« Notre pays est en deuil, non seulement pour sa démocratie et les libertés individuelles et collectives confisquées, mais surtout parce que des personnes armées et présentes dans les rangs de la Police républicaine, et dont il convient de connaître les identités, ont abattu une dizaine de nos concitoyens en l’espace de quelques heures parce qu’ils ont voulu défendre notre démocratie.

Je voudrais saluer la mémoire de ces concitoyens pour leur sacrifice à une cause noble et juste, exprimer toute ma compassion à leurs familles et à leurs proches. Que leur âme repose en paix ! Ma compassion va aussi à tous ceux qui ont été blessés. Je me sens le devoir moral de contribuer à tout faire pour que toute la lumière soit faite sur les conditions de ce carnage et que les coupables en répondent.

Notre pays est désormais une dictature ! Mon approche de la situation sera tout aussi conséquente. »

Il faut dire que sa réaction vient quelques jours après celle du porte-parole et chargé de la communication du parti, Donklam Abalo, membre du bureau politique qui a qualifié de « manœuvres dilatoires » les rencontres du chef de l’État béninois, Patrice Talon, avec l’opposition.

Be First to Comment

Laisser un commentaire

Mission News Theme by Compete Themes.