Press "Enter" to skip to content

Coopération sportive : le président de la FIFA, Gianni Infantino et le Directeur général de l’AFD, Remy Rioux signent un accord sur le football

(Photo : le Président de la FIFA, Gianni Infantino, le Président français, Emmanuel Macron et le Directeur général de l’AFD, Remy Rioux – Source : AFD)


Utiliser le football comme vecteur d’éducation, du développement et du changement social, c’est le bien fondé de l’accord de partenariat qui vient d’être signé entre la FIFA et l’AFD ce mardi 4 juin à Paris, en France. Au cours d’une cérémonie à l’Élysée, cet accord a été signé par le président de la Fédération Internationale de Football Association (FIFA), Gianni Infantino, et le Directeur général de l’Agence Française de Développement (AFD), Rémy Rioux, en présence du locataire du palais présidentiel français, le président Emmanuel Macron et également d’anciennes gloires du football, notamment les internationaux Marcel Desailly, champion du Monde 98 et les champions d’Afrique, l’ivoirien Didier Drogba et le camerounais Samuel Eto’o. Cet accord marque le début de la collaboration entre les deux organisations. Il vise à mettre en œuvre de nombreux projets sociaux liés au football, et notamment le développement du football féminin et du sport en milieu scolaire sur le continent africain.

Les objectifs de l’accord de coopération

À en croire l’Élysée, l’accord de coopération signé par la FIFA et l’AFD ce mardi, poursuit principalement deux grands objectifs, et surtout sur le continent africain, à savoir :

  1. L’égalité entre les femmes et les hommes ;
  2. L’autonomisation des femmes.

Ces deux objectifs cadrent avec la vision sur la politique sportive du président français Emmanuel Macron. Faut-il le rappeler qu’il y a deux ans, soit le 25 novembre 2017, Emmanuel Macron avait déclaré l’égalité entre les femmes et les hommes « grande cause nationale » de son quinquennat. Au même moment l’AFD se retrouvait dans cette vision du chef de l’État français. Car son objectif stratégique « 100 % lien social », notamment à travers l’inclusion des femmes et la lutte contre les inégalités femmes-hommes, s’inscrit en plein cœur de cette vision. Souhaitant favoriser la pratique sportive féminine, vecteur d’émancipation, l’AFD collaborera avec la FIFA dans la mise en œuvre de leur nouvelle stratégie pour le football féminin, selon la direction de l’Agence française.

Du côté de l’instance mondiale du football, la feuille de route 2016-2026 de la FIFA, à savoir « FIFA 2.0 : Vision pour l’avenir » fixe plusieurs objectifs tangibles et mesurables pour le développement du football. Au nombre de ces objectifs, un principal : l’engagement d’augmenter significativement le nombre de femmes et de filles jouant au football, jusqu’à 60 millions. Mais dans la nouvelle politique sportive du président de la FIFA, Gianni Infantino, la vision cadre avec les objectifs de l’accord qui vient d’être signé à Paris. En effet, la FIFA a adopté une stratégie pour le football féminin en octobre 2018 dans le but de développer le football féminin et d’utiliser le football comme un puissant facteur d’unité et un outil pour apporter des changements sociaux positifs, lutter contre les inégalités et autonomiser les filles et les femmes dans le monde.

Une raison de plus pour Emmanuel Macron

L’éducation par le sport et plus particulièrement l’utilisation du football à des fins éducatives, c’est ce à quoi le président français Emmanuel Macron s’attendait à l’issue de sa politique sportive. En cause, rappelons-le, lors de la tournée africaine du président français il y a bientôt un an, soit en juillet 2018, Emmanuel Macron a placé le sport comme levier d’action fort en faveur de la jeunesse et du développement économique et social. Et l’Agence Française de Développement (AFD) est bien convaincue que la pratique sportive, à travers ses valeurs universelles, favorise l’insertion des jeunes dans le système éducatif, l’interculturalité et la solidarité. De même pour la FIFA. À travers son programme Football for Schools, la FIFA vise à toucher plus de 700 millions de filles et de garçons dans le monde et à investir 120 millions de dollars au cours des quatre prochaines années. Le but, selon l’instance mondiale du sport roi, est de rendre le football plus accessible aux enfants du monde entier et de contribuer à leur éducation, leur développement social et leur autonomisation. C’est donc le moment pour la FIFA et l’AFD d’étudier la possibilité d’associer leurs ressources et de mettre en œuvre des programmes conjoints pour promouvoir le football pour tous, des programmes socio-éducatifs et l’égalité dans le football, ainsi que le financement des infrastructures locales, en plus des programmes actuels menés par l’AFD et des projets en cours dans les associations membres dans le cadre du programme FIFA Forward Football for Schools et du programme FIFA Football for Schools.

La réaction des partenaires de l’accord

Après avoir apposé leur signature à l’acte qu’ils ont posé dans la vie du sport roi, à l’Élysée à Paris, en France, les deux partenaires ont réagi :

« Le monde a besoin du football et le football a besoin du monde entier. Je suis très heureux que la FIFA et l’AFD s’allient aujourd’hui pour tirer parti du pouvoir du football afin d’apporter des changements positifs dans la société. Cet accord historique, ambitieux, et à destination des communautés du monde entier, permettra au football de continuer à éduquer et à autonomiser la prochaine génération tout en contribuant à la construction d’une société plus juste et plus pacifique. » Gianni Infantino, Président de la FIFA.

« Quel meilleur moyen de construire un monde commun que de tirer parti du pouvoir unificateur du football ? Le sport est au carrefour des objectifs du développement durable et peut contribuer à la réalisation de pas moins de huit d’entre eux – notamment la croissance économique, l’autonomisation des femmes et l’accès à l’éducation. Pourtant, les mondes du football et du développement n’étaient pas encore connectés. C’est donc avec fierté et espoir que l’AFD et la FIFA initient aujourd’hui un partenariat unique pour promouvoir l’égalité des genres et favoriser l’éducation par le football sur le continent africain. Cet accord convaincant ouvre déjà la voie à des solutions de développement inventives sur le terrain, telles que des projets de pédagogie ludique conçus pour faire en sorte que les jeunes Africains non seulement bénéficient de l’Agenda 2030, mais deviennent aussi les principaux défenseurs des SDG (ODD en français, ndlr). ». Rémy Rioux, Directeur général de l’AFD.

One Comment

Laisser un commentaire

Mission News Theme by Compete Themes.