Press "Enter" to skip to content

France : le statut de réfugié politique officiellement accordé à Sébastien Ajavon

(Photo : Sébastien Ajavon le jour de son entrée en politique, à l’occasion de l’officialisation de sa candidature aux élections présidentielles de 2016)


Il a quitté son pays, le Bénin des raisons qu’il qualifie de politiques. L’homme d’affaires et homme politique (opposant), Sébastien Ajavon est arrivé en troisième position lors de la dernière présidentielle. Son soutien au deuxième tour de la présidentielle en mars 2016 a été capitale dans la différence de suffrages qui a porté à la magistrature suprême, l’actuel chef de l’État béninois, Patrice Talon.

Mais les choses se sont vite passées négativement en l’intervalle de trois mois de gestion de pouvoir du chef du gouvernement béninois. Bonjour la disgrâce avec Patrice Talon, renforcée par l’affaire dite «Affaire 18 kg de cocaïne pure », qui auraient été retrouvés dans l’un des conteneurs de marchandises de l’homme d’affaires au Port Autonome de Cotonou (PAC). Arrêté puis relâché sans charge par le Tribunal de Première Instance (TPI) de Cotonou, le roi de la volaille au Bénin se fera convoquer devant la Cour de Répression des Infractions Économiques et du Terrorisme (CRIET) à Porto-Novo qui s’était ressaisi du dossier.

Plutôt de répondre à la CRIET, Sébastien Ajavon a préféré s’exiler en France en octobre 2018. De Paris, il apprend qu’il a été condamné par contumace à 20 ans de prison. Puis un mandat d’arrêt émis à son encontre. Mais le président du parti Union Sociale Libérale (USL) va contester la décision de la CRIET devant la Cour Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples (CADHP) à Arusha en Tanzanie. Fin mars dernier, la CADHP a rendu un verdict à sa faveur, puis demandé l’annulation de la décision de Porto-Novo.

« Afin d’éviter une éventuelle demande d’extradition des autorités béninoises et de pouvoir voyager plus librement. », c’est le motif avancé aux autorités françaises par l’opposant béninois dans ses démarches d’obtention du statut de réfugié politique. Eh bien, Sébastien Ajavon a eu gain de cause. L’hebdomadaire panafricain, Jeune Afrique, dans son numéro paru cette semaine, informe que Sébastien Ajavon a obtenu le statut de réfugié politique en France en avril dernier. C’est clair que le Bénin a officiellement un exilé politique en territoire français, en la personne du président de l’USL, parti de l’opposition, Sébastien Ajavon.

One Comment

Laisser un commentaire

Mission News Theme by Compete Themes.