Press "Enter" to skip to content

Bénin – Côte d’Ivoire : Faux ! Patrice Talon n’a pas influencé Alassane Dramane Ouattara pour le nouveau gouvernement ivoirien

Photo : les chefs d’État béninois et ivoirien, Patrice Talon et Alassane Dramane Ouattara – Source : Présidence du Bénin


Alors qu’il revenait de chez son homologue ivoirien suite à une courte visite de travail effectué le lundi 2 septembre dernier, que deux jours après, soit ce mercredi 4 septembre, le chef de l’État ivoirien Alassane Dramane Ouattara signe la nomination de 41 membres du nouveau gouvernement. Mais le chef de l’État béninois Patrice Talon est déjà accusé d’avoir tenté de peser sur le nouveau gouvernement ivoirien. C’est du moins ce qui ressort de la publication de la Lettre Du Continent (LDC) de ce mercredi 4 septembre 2019. Quel est le plan de la LDC ?

Faut-il rappeler à ce journal qu’au vu du taux 17% d’Électrification en 2008 dans les États membres de l’Union Économique et Monétaire Ouest-Africaine (UEMOA), les chefs d’États et de Gouvernement de cette zone monétaire, ont adopté une stratégie régionale dénommée l’Initiative Régionale pour l’Énergie Durable (IRED) pour que d’ici 2030, l’ensemble des populations de l’UEMOA accède à une énergie à bas prix, au sein d’un vaste marché d’échanges d’énergie électrique intégré et harmonisé à l’échelon de l’Afrique de l’Ouest, produisant une énergie propre et s’appuyant sur un Partenariat Public-Privé (PPP) dynamique. La supervision générale de ce projet communautaire est placée sous le chef de l’État béninois Patrice Talon. Vu qu’il partage la même zone communautaire (CEDEAO) que le Nigeria, la fermeture des frontières par le grand voisin du Bénin aura un impact négatif sur la mise en œuvre de l’IRED. Mieux, la même fermeture des frontières du Nigeria par Muhammadu Buhari a coupé le corridor Abidjan-Accra-Lomé-Cotonou de Lagos, sur un autre projet communautaire. Donc pour l’intérêt communautaire, il est bien normal que Patrice Talon se rende chez Alassane Dramane Ouattara. Encore que c’est sur invitation de ce dernier.

La Lettre Du Continent doit également savoir que le chef du gouvernement béninois n’est plus à la tête de la Société de Développement de Coton (SODECO) pour pouvoir aller plaider, comme le prétend l’auteur de l’article, la cause de Mamadou Sangafowa Coulibaly encore ministre ivoirien de l’agriculture en ce moment là pour son quelconque maintien dans le nouveau gouvernement de Côte d’Ivoire. Aujourd’hui sorti du gouvernement et remplacé par Kouassi Adjoumani, l’ancien ministre ivoirien de l’agriculture était un proche d’affaires de Patrice Talon au moment où le roi du coton était encore aux affaires. Leur proximité avait connu de nombreuses réussites d’affaires dont le contrat remporté par Af-CHEM Sofaco, la Société d’engrais de l’ancien homme d’affaires béninois dans les filières agricoles de Côte d’Ivoire.

Be First to Comment

Laisser un commentaire