Press "Enter" to skip to content

Dangbo : Un élève tué par l’eau à Késsounou ce mardi

Le 16 septembre dernier, l’école béninoise a rouvert ses portes aux écoliers, élèves et autorités scolaires. Quelques semaines après, soit un mois, ces derniers rencontrent sur le chemin des classes, les caprices de la nature. Ce qui empêche les apprenants de ne pas suivre les cours avec facilité et assiduité ou encore meurent sur le chemin de l’école. C’est bien le constat amer dans plusieurs communes du Bénin où des dizaines de milliers apprenants, enseignants, parents et personnels administratif, sont impuissants face à un drame. Les inondations et les crues dictent leur loi en marquant leur territoire. La montée des eaux, phénomène cyclique dans nombreuses régions du Bénin, fait parler encore d’elle cette année. Dans le département de l’Ouémé, notamment dans la vallée de l’Ouémé, près de la moitié des communes de ce département dans le sud du Bénin, est concerné par cette situation. Ce mardi 15 octobre, soit environ un mois après la rentrée des classes, cette situation a viré au chaos dans la commune ce Dangbo.

À Késsounou, un élève du Collège d’Enseignement Général (CEG) de la localité avait trouvé la mort. En classe de 4e dans cet établissement public, le jeune élève est mort par noyade. Le drame s’est produit après qu’il ait déposé ses camarades avec une pirogue à la fin des cours de la matinée. C’est en moment qu’il a été porté disparu. Informé par l’administration du CEG de Késsounou, les parents du jeune disparu ont été alertés. C’en était donc parti pour sa recherche qui a abouti vers la fin de la journée, aux environ de 17 h (heure béninoise) où son corps sans vie a été retrouvé par des riverains. Rappelons que le fleuve Ouémé est sorti de son lit en ce moment créant des inondations dans la commune de Dangbo et environ. Il convient de relever que pour se rendre dans le CEG de Késsounou, les usagers dudit établissement le font à l’aide d’une pirogue. Soulignons que les causes et les circonstances de la mort du jeune élève ne sont pas encore connues. Faut-il constater que les moyens rudimentaires qui sont ceux des communautés, sont loin d’être en mesure de résoudre ce problème qui devient teigneux.

À préciser que la commune de Dangbo est divisée en deux zones morphologiques, à savoir le plateau communément appelé « Aguédji » avec 3 arrondissements et la vallée appelée « Wodji », 4 arrondissements dont celui de Késsounou. Notons que le préfet du département de l’Ouémé, Joachim Marie-Florès Vignon Apithy étant hors du territoire du département et du Bénin, très attristé par la nouvelle, présente ses condoléances les plus profondes à la famille du jeune élève disparu. Au Groupe de presse DIFFÉRENCE, nous passons également par la même occasion du premier citoyen du département de l’Ouémé, pour présenter les condoléances du personnel de la rédaction differenceinfobenin.com à la famille et que l’âme de l’enfant repose en paix.

One Comment

Laisser un commentaire