Press "Enter" to skip to content

Ouémé en chantier : « C’est le moment de montrer au gouvernement que nous sommes près à Porto-Novo. », dixit Joachim Marie-Florès Vignon Apithy

Photo : Le préfet du département de l’Ouémé, Joachim Marie-Florès Vignon Apithy au milieu des cadres de la mairie de Porto-Novo (G) et ceux de la préfecture (D), et en face de la population de Porto-Novo, mercredi 6 novembre


Au Bénin, il n’est plus besoin de montrer à aucun béninois, en occurrence les portonoviens, combien la ville de Porto-Novo, la capitale du pays est sous les projecteurs du développement durable. Ceci sous l’impulsion du dynamisme insufflé par le chef de l’État béninois Patrice Talon, de donner à la ville sa vraie identité de la capitale. Notons, à cet effet, que la majeure partie des problèmes de la population de la ville aux trois noms Hôgbonou –Ajase – Porto-Novo, est liée aux travaux dans la ville chef-lieu du département de l’Ouémé, qui est visiblement en chantier. Ce mercredi 6 novembre, dans le cadre de sa tournée statutaire pour le compte de l’année 2019 dans les 9 communes de son département, Ouémé,  le préfet Joachim Marie-Florès Vignon Apithy a clairement montré à la population de Porto-Novo en présence des autorités communales de la ville capitale du Bénin, qu’il est le premier préoccupé par l’état d’avancement des travaux. Après avoir écouté cette dernière lors d’une séance d’échange sur leurs difficultés quotidiennes, l’autorité départementale a introduit chaque membre de la Conférence Administrative Départementale (CAD) à éclairer les points d’ombre de la population en mettant l’accent sur les acquis du Programme d’Actions du Gouvernement (PAG). Mais c’est le point concernant le Directeur Départemental du Cadre de Vie et du Développement Durable (DDCVDD) Ouémé et membre de la CAD, soulevé par la population, qui sera très intéressant et très important pour Joachim Marie-Florès Vignon Apithy.

Il s’agit des travaux d’OFMAS qui traîneraient, selon les Ayinonvi. Pourquoi ? lance le président de la CAD au principal concerné par ce point, qui s’est fait représenter à cette huitième étape de la tournée statutaire du préfet du département de l’Ouémé. « Les travaux ne traînent pas sur tous les tronçons. C’est une question d’organisation en partie au niveau de l’entreprise pour faciliter la circulation lors de la réalisation des travaux. », a d’entrée signalé Symaël Cokou Toho. Il va poursuivre en disant que « tous les tronçons simultanément en intense activité pourraient nuire davantage à la fluidité de la circulation ». Le représentant du DDCVDD sera relancé sur un autre point par le préfet au sujet des caniveaux qui seraient la raison de l’inondation des maisons. « En fait, on ne peut pas faire d’omelette sans casser les œufs. La population doit pouvoir se patienter à la fin des travaux pour constater qu’une fois les ouvrages fonctionnels avec un entretien conséquent (curage périodique des caniveaux), ce problème d’inondation des maisons serait conjugué au passé. Les caniveaux émissaires recevront les eaux venant des autres caniveaux et les conduiront aux exutoires aménagés à cet effet. », a brièvement expliqué en langue locale de Porto-Novo « goungbé », Symaël Cokou Toho.

La réalisation de ces travaux contribuera à coup sûr à l’avancement du développement de notre ville

Ce dernier ne va pas déposer le micro, car le cadre de vie de la population de la ville capitale, préoccupe au plus haut niveau le préfet Joachim Marie-Florès Vignon Apithy. « Ou bien il y a un problème de paiement ? J’aimerais que la population soit située pour savoir refuser aux mauvaises langues qui colportent de Fake New ; c’est-à-dire des mensonges sur les efforts de développement du président Patrice Talon dans l’Ouémé. », a encore relancé l’autorité départementale avant de demander à informer la population sur le niveau d’avancement des travaux dans la ville capitale du Bénin. « Pour problème de paiement, une fois un décompte introduit par l’entreprise dans le circuit et traitement fait, elle est payée. On est à un taux de décaissement d’environ 31%. », a expliqué Symaël Cokou Toho. « Niveau d’avancement physique réel des travaux au 31 octobre 2019 est de 46,80%. Taux de consommation de délai est de 54,77%. La date de début des travaux est le 6 août 2018 et durée contractuelle initiale des travaux est de 24 mois. », a détaillé Symaël Cokou Toho.

Il convient de retenir que le représentant du DDCVDD Ouémé a promis à la population de Porto-Novo que les dispositions prises pour faciliter l’accès des maisons et des établissements scolaires, ainsi que l’aménagement des déviations, seront renforcés. Satisfait des explications limpides du jeune technicien béninois Symaël Cokou Toho, le préfet va rassurer sa population en goungbé (langue locale parlée à Porto-Novo). « Ne vous en faites pas. Nous suivons de très près ces travaux comme du lait sur le feu. », a rassuré l’autorité préfectorale. « La réalisation de ces travaux contribuera à coup sûr à l’avancement du développement de notre ville. », a indiqué le N°1 du département de l’Ouémé. Comme on le dit à Porto-Novo en langue yoruba littéralement : celui qui sait remercier pour le bienfait d’hier, est en mesure de recevoir un autre. Fort de connaissance de cela, le préfet va inviter la population dans ce sens. « Même si on nous donne peu, il faut toujours remercier et féliciter pour le peu. », a montré la première personnalité de l’Ouémé. « C’est le moment de montrer au gouvernement que nous sommes près à Porto-Novo. », a persisté et signé dans ce sens, Joachim Marie-Florès Vignon Apithy en exhortant avec humilité, les rois à prier pour leur fils le président Patrice Talon et son gouvernement ainsi qu’à la ville de Porto-Novo.

Be First to Comment

Laisser un commentaire

Mission News Theme by Compete Themes.