Press "Enter" to skip to content

Fin tournée statutaire du préfet de l’Ouémé : Charlemagne Honfo, s’accroche à Joachim Marie-Florès Vignon Apithy pour développer Sèmè-Podji

Photo : Le préfet du département de l’Ouémé, Joachim Marie-Florès Vignon Apithy (G) bien tenu par le maire de la commune de Sèmè-Podji, Charlemagne Honfo (D), jeudi 7 novembre à Sèmè-Podji


La loi N°97-029 du 15 janvier 1999 dispose à son article 151 que le Préfet de département effectue au moins une fois l’an une visite officielle dans les communes de sa juridiction. Dans le respect de ce texte de la décentralisation en vigueur en République du Bénin, le préfet du département de l’Ouémé avait entamé la tournée statutaire. Pour le compte de cette année 2019, le patron des 9 maires du département de l’Ouémé a choisi de donner le top par la commune d’Adjohoun dans la vallée de l’Ouémé, mercredi 23 octobre dernier. Pour cette année, c’est la commune de Sèmè-Podji qui a été une fois encore à l’honneur pour clôturer non seulement en beauté, mais aussi et surtout en politique. Puisqu’à l’arrivée du préfet du département de l’Ouémé ce jeudi 7 novembre dans la commune qu’on peut qualifier de fusible entre la capitale économique, Cotonou et la capitale du Bénin, Porto-Novo, il a eu explosion direct des échanges. Ces échanges qui ont eu lieu entre les cadres de la mairie et l’autorité préfectorale en présence de la population de la commune de Sèmè-Podji, ont porté sur les questions majeures liées au développement.

Au regard de la position stratégique de la commune frontalière avec le grand voisin du Bénin à l’est, le Nigeria, les échanges se sont déroulés dans une ambiance face to face. Le maire Charlemagne Honfo va, à travers un discours qui ne restera pas archive, sauf en audiovisuel, car il ne l’a pas écrit ; exposer ses difficultés à la tête du conseil communal qu’il dirige. Devant sa population qu’il appelle « mes parents », l’honorable maire de la commune de Sèmè-Podji n’aura pas sa langue dans sa poche. Sachant bien que le préfet Joachim Marie-Florès Vignon Apithy tout comme le chef de l’État Patrice Talon, eux deux ne sont pas des politiciens, mais des politiciens de développement, Charlemagne Honfo va réclamer à la population de le féliciter. Après le one-man-show du maire où la mobilisation des ressources au 30 septembre 2019 a été évangélisée au regard de son caractère inédit et encourageant, l’autorité départementale a pris la parole. Et c’est l’expression : tant qu’il reste à faire, rien n’est fait ; que nous avons noté dans ces premiers propos. « Pas besoin de féliciter le maire tant qu’il n’a pas encore accompli le devoir. », a d’abord lancé Joachim Marie-Florès Vignon Apithy. Mais sans compter sur le sang chaud naturel de l’ancien député maire de la commune de Sèmè-Podji.

Inondations dans les écoles et centres de santé, faites-nous le point des différents cas pour nous permettre d’agir

C’en était donc parti pour Charlemagne Honfo de déballer ses difficultés qui sont d’ordre économique avec le péage et les parcs de vente des véhicules d’occasion qui ne goûtent plus dans la caisse de la mairie de Sèmè-Podji. Également la fermeture par le Nigeria de ses frontières avec Bénin dont le poste-frontalière de Sèmè-Kraké, ce qui a mis aux arrêts les activités économiques dans cette zone poumons économiques de la commune. D’autres problèmes dont la sécurité avec la reconstruction du commissariat de Kpoguidi, les inondations des écoles et centres de santé entre autres, ont fait vociférer l’autorité communale. Mais la sagesse de son patron a eu le dessus sur tout où quand bien même la population allait dans le même sens que son dirigeant, la première autorité du département de l’Ouémé a permis à chacun de saisir sa compréhension de solution. Ceci, à partir même de la position politique du maire dans l’Association Nationale des Communes du Bénin (ANCB). « C’est une position  confortable pour la commune de Sèmè-Podji. Vous devez exploiter sa position du Secrétaire Général de l’ANCB. », a indiqué le préfet Joachim Marie-Florès Vignon Apithy. « Cette affaire de péage, nous concerne tous. Chacun met en œuvre sa relation », a-t-il ajouté. Pour les inondations, « faites-nous le point des différents cas pour nous permettre d’agir. », a dit l’autorité préfectorale.

S’agissant du blocage à la préfecture des marchés publics, la tutelle a été claire. « Qui bloque un marché public, bloque le développement. Ce n’est pas ça la vision du chef de l’État. Sa vision, c’est le développement durable de nos communes. Et nous sommes là pour ça. », a répondu le préfet avant une précision. « Mais il faut que vos dossiers soient suffisamment ficelés. », a martelé l’autorité départementale. « Nous sommes dans une administration qui se respecte. », a renchéri  Joachim Marie-Florès Vignon Apithy avant d’inviter le maire et son conseil communal, notamment les organes infra communaux, à « travailler dans l’amour » pour le développement de la commune de Sèmè-Podji, sa commune. À la fin des échanges, le jeune maire attrape la main de son chef hiérarchique et dit littéralement « Monsieur le préfet, je ne vous laisserai pas partir. Je m’accrocherai à vous pour le développement de ma commune ».  La tournée statutaire du préfet du département de l’Ouémé au titre de l’année 2019, a pris définitivement fin dans le jardin de la résidence du maire et ça a été sans commentaire.

Be First to Comment

Laisser un commentaire