Press "Enter" to skip to content

Réforme politique : Patrice Talon prépare un projet de loi pour mettre fin à la transhumance des hommes politiques

Tant qu’il demeurera le président de la République le plus têtu que le Bénin ait connu depuis les deux périodes les plus historiques sur le plan politique : la Révolution et le Renouveau démocratique, le pays connaîtra toujours de progrès. Connu sous la qualificative transhumance politique, au regard du mouvement opportuniste des hommes politique béninois observé d’un parti à un autre, le président béninois, Patrice Talon, compte mettre fin à cela. Pour ce faire, le patron de la Rupture prépare déjà un projet de loi. C’est la principale information qui a plu à la rédaction différenceinfobenin.com du groupe de presse DIFFERENCE de retenir dans les déclarations du ministre béninois de la Communication et de La Poste, Me Alain Sourou Orounla. En effet, le Porte-parole du gouvernement du Bénin, a indiqué que Patrice Talon projette de faire adopter une loi pour mettre fin à la transhumance politique. « Le président a en projet une loi pour lutter contre la transhumance politique. », a déclaré Me Alain Sourou Orounla. C’était ce vendredi 21 février, au cours de l’accomplissement de son devoir du Gouvernement Face à la Presse (GFP), deuxième (2ème) rencontre. À entendre l’avocat ce vendredi, la réforme en vue doit avant tout, « inciter les acteurs politiques à la responsabilité ». C’est ce à quoi, le gouvernement s’y emploie.

Les électeurs, les premiers juges

Le premier ami des professionnels des médias béninois dans le gouvernement du président Patrice Talon, a fait savoir quelques dispositions de ladite loi. « Il y aura des dispositions pour que ceux qui vont quitter un camp pour un autre perdent des avantages. », a affirmé Me Alain Sourou Orounla. Pour le défenseur des intérêts du gouvernement du Bénin, les électeurs ont un rôle de juge à jouer dans la lutte contre la transhumance politique. « La sanction est dans la main des électeurs. », a relevé le ministre béninois de la Communication et de La Poste. Selon Me Alain Sourou Orounla, la transhumance politique est d’abord une question de responsabilité de chaque acteur. Il convient de noter que cette réforme du locataire du palais de la Marina s’inscrit dans la droite ligne de la réforme du système partisan. « La réforme du système partisan n’a pas pour objectifs de réduire le nombre de partis, de détruire le tissu partisan, mais de le rationaliser. », a confié Me Alain Sourou Orounla. « Le multipartisme, ce n’est pas forcément avoir une pléthore de partis. Le Bénin n’est pas le premier pays à expérimenter la démocratie et le processus en cours, nous mènera indubitablement à l’étape où se trouvent aujourd’hui les États qui ont des leçons à nous donner. », a-t-il expliqué en face des homme du quatrième pouvoir.

Be First to Comment

Laisser un commentaire

Mission News Theme by Compete Themes.