Press "Enter" to skip to content

Bénin – Japon : Dona Jean-Claude Houssou demande à Kiyofumi Konishi de continuer à plaider et défendre la cause du Bénin

Photo : Le ministre béninois de l’Énergie, Dona Jean-Claude Houssou (D), et l’ambassadeur du Japon au Bénin, Kiyofumi Konishi (G), à Cotonou, mardi 9 juillet


Le ministre béninois de l’Énergie, Dona Jean-Claude Houssou, salue le départ de son « ami » Kiyofumi Konishi. C’est le plus important à retenir de la dernière rencontre au Bénin, s’il faut le dire ainsi, des deux personnalités béninoise et japonaise. En effet, en fin de mission au Bénin, l’ambassadeur du Japon au Bénin, Kiyofumi Konishi, est allé dire « au revoir » au ministre béninois de l’Énergie. C’était jeudi 9 juillet, à Cotonou, au Cabinet du champion de la discipline énergie au Bénin. C’en était une occasion pour les deux personnalités de regarder dans le rétroviseur de leur collaboration pendant ces trois dernières années. C’est le béninois qui plante le décor en faisant savoir que « ses relations avec l’ambassadeur Kiyofumi Konishi sont excellentes et datent de la période où il avait en charge l’Énergie, l’Eau et les Mines ». Le ministre béninois de l’Énergie s’est rappelé des actions fortes qui ont été menées dans le secteur de l’eau au moment où il était encore ne charge de l’Eau et des Mines. « Grâce à la coopération japonaise, un certain nombre de réalisations ont été faites pour permettre aux populations d’avoir accès à l’eau potable. Au nombre de celles-ci, il y a la construction de châteaux d’eau à Dassa-Zoumè, une zone géologiquement difficile d’accès à cette denrée vitale. », a indiqué Dona Jean-Claude Houssou. Il faut noter que même quand le président Patrice Talon lui a confié, avec décret, exclusivement le Ministère de l’Énergie (ME), la coopération entre le béninois et le japonais est devenue énergétique. À en croire l’ex-sociétaire de l’EDF en France, où le digne fils de la capitale béninoise, Porto-Novo, a fait parler de son génie durant trois décennies, beaucoup de choses sont à mettre à l’actif de la coopération.

En cause, outre la source de vie, la coopération japonaise, à travers son agence de développement dénommée JICA, s’est engagée à la mise en place d’un certain nombre d’infrastructures électriques. « Des études ont été faites en 2019 par la JICA sur les axes de développement du secteur énergétique, mais la survenue de la pandémie du Coronavirus a ralenti la mise en œuvre de ces projets. », a mentionné Dona Jean-Claude Houssou. Pour le boss de l’Énergie au Bénin, ce n’est qu’une question de temps afin que les béninois ne constatent les réalisations concrètes fruits de la coopération bénino-nippone. Les fruits de cette coopération sont pour Kiyofumi Konishi, une fierté d’avoir apporté sa pierre au renforcement de celle-ci. Le diplomate japonais en fin de mission a surtout mis l’accent sur le socle du Nouveau Départ du développement durable du Bénin, à savoir le secteur capitalistique de l’Énergie tout en reconnaissant le leadership éclairé de son hôte. « Je voudrais saluer le leadership éclairé du ministre Dona Jean-Claude Houssou qui, au-delà, des relations professionnelles, est un ami. », a exprimé Kiyofumi Konishi. Maintenir le contact au-delà de la mission diplomatique. C’est la grande promesse que les deux autorités se sont faites. La confiance du développeur-né, le président Patrice Talon, n’est pas allée par le dos de la cuillère pou exhorter Kiyofumi Konishi à « continuer à plaider et défendre la cause du Bénin », partout où il sera. Il convient de souligner que l’audience a pris fin avec l’échange de présents entre les deux personnalités. Un échange symbolique qui s’est déroulé dans une ambiance conviviale et amicale d’à nos revoir, mais aussi et surtout dans le respect strict des consignes officielles et de gestes barrières contre la contamination et la propagation du Coronavirus au Bénin.

Be First to Comment

Laisser un commentaire

Mission News Theme by Compete Themes.