Press "Enter" to skip to content

Littérature : Reckya Madougou et ses antidotes pour « soigner les certitudes » reçoivent le soutien indélébile de Macky Sall

Photo : Le chef de l’État sénégalais, Macky Sall


La formation, la citoyenneté économique, l’inclusion financière des populations, les dividendes de la digitalisation, l’autonomisation des femmes, la transformation structurelle de l’agriculture, l’entrepreneuriat, l’intelligence politique et sans oublier la justice sociale. C’est bien-là ce que présente le plateau de « dialectique d’inclusion et du minimum humain en Afrique », le sous-titre de l’ouvrage de la Conseillère Spéciale du Président de la République du Togo, Faure Essozimna Gnassingbé, la béninoise Reckya Madougou, comme antidotes pour « soigner les certitudes », le titre de l’ouvrage qui sera très bientôt sur le marché littéraire. Un chef-d’œuvre qui a reçu le soutient indélébile d’une haute personnalité africaine : le chef de l’État sénégalais, Macky Sall. C’est ce dernier qui a préfacé la co-écriture de l’ancienne Garde des Sceaux, ministre béninoise de la Justice, de la Législation et des Droits de l’Homme du gouvernement de l’ancien président Thomas Boni Yayi (2006-2016), ancienne Porte-parole du même gouvernement, ancienne ministre de la Microfinance, de l’Emploi des Jeunes et des Femmes ; et du jeune écrivain béninois, Stephens Akplogan, aux Éditions Jean-Jacques Wuillaume en France. Une riche Préface du Père de la Nation sénégalaise du livre qui offre une grille de lecture plus objective des nouveaux enjeux de développement. Et ce soutient du premier citoyen du Sénégal a une raison. En cause, plus besoin de rappeler que Macky Sall est aussi un adepte de l’association du libéralisme à l’inclusion sociale. Il faut dire que l’ouvrage qui sort bientôt présente un grand avantage. À croire quelques lignes, l’auteure Reckya Madougou ne vend ni de simples théories, encore moins une fiction. La béninoise est partie de ses propres expériences sur ces sujets avec un regard croisé analytique chargé des options de développement soutenues par des suggestions axées sur des mécanismes qui ne sont plus à prouver.

« Le continent (africain ndlr) est la région où l’investissement est le plus rentable au monde »

Reckya Madougou.

En avançant littérairement dans le livre, les anecdotes captivantes et les expériences pratiques se succèdent, tantôt sous forme pédagogique, tantôt sous forme inspirante, parfois avec un regard bien critique. Rien n’y est écrit sans aucune signification. Il s’y trouve des réalités qui arrosent et qui ont comme source, des solutions durables. « Il y a une sorte de carence ambiante en méthodes à succès pour faire décoller notre Société », a écrit Reckya Madougou. En continuant, on tombe sur des passages où la compatriote conseille, reformule, explique, enseigne, dénonce et surtout propose. À l’en croire, ici, la conviction d’une Afrique des possibles est peinte sans le risque de se laisser berner par les préjugés. L’auteure soutient que « le continent est la région où l’investissement est le plus rentable au monde ». Il faut le reconnaître et s’y préparer, se permet-elle de dire. De ce point de vue, celle qui parle au président togolais et il entend, invite fortement à « tutoyer les sommets sans complexe » en se basant sur l’une des deux choses qu’elle a nommée : « spiritualité de l’effort » ou « citoyenneté économique ». Elle s’explique. « Réduire l’horizon de la citoyenneté économique à la question d’employabilité est une méprise en ce siècle de grande technologie et de digitalisation des réflexes. Ce qui rend cette citoyenneté pleinement authentique, n’est pas tant l’emploi en lui-même surtout avec la menace de disparition de certains emplois. », a écrit Reckya Madougou. « Soigner les certitudes » sera dans les rayons des librairies d’ici-là, après son lancement officiel dans le pays de l’auteure, le Bénin. C’est pour très bientôt. On n’attend pas chez les anglais, wait and see !

Be First to Comment

Laisser un commentaire

Mission News Theme by Compete Themes.