Press "Enter" to skip to content

Croissance économique : Le Bénin en ascension à la Banque Mondiale avec 6% en 2022

Photo : Le chef de l’État béninois, Patrice Talon, à Cotonou, mercredi 26 mai


La réélection avec plus de 87% des suffrages exprimés en avril dernier du président béninois, Patrice Talon, se confirme sur le plan international. Avec les institutions financières internationales, plus question de voiler la face devant la gestion d’État du chef de la Rupture au Bénin. La croissance économique fait des bonds, fait des bonds jusqu’au plafond chaque année. En effet, selon les chiffres officiels des instances financières mondiales, « après un ralentissement en 2020 (2%, dernières données disponibles du FMI) », la croissance économique du Bénin  « devrait se redresser (5%) cette année et conserver sa courbe ascendante (6% en 2022) ». À en croire la Banque Mondiale, « cette performance sera tirée par la consommation et les investissements publics ». L’institution financière qui tutoie le ciel de Washington, aux États-Unis, indique notamment les infrastructures routières. Faut-il encore rappeler que pour lutter contre la crise sanitaire mondiale liée à la pandémie du Coronavirus au Bénin, le gouvernement du président Patrice Talon a mis en place un plan de relance estimé à 74 milliards de FCFA, soit 1% du PIB du pays. Un plan qui a prioritairement considéré les ménages les plus vulnérables et les entreprises opérant dans les secteurs les plus touchés par la force dévastatrice de l’ennemi invisible avec son registre mortuaire, comme les secteurs du tourisme, transports, etc.… « Avec la baisse des recettes due à la pandémie, le déficit public du pays s’est creusé à 3,5% et devrait atteindre 5,1% cette année. », avance la Banque Mondiale.

« L’inflation chutera à 2 % en 2021, contre 3 % l’an dernier, tandis que le ratio dette/PIB augmentera légèrement pour atteindre 47,7 % en 2021, contre 45,4 % un an plus tôt. »

Banque Mondiale

Des indications économiques du Bénin, le ratio dette/PIB connaîtra une hausse cette année. « L’inflation chutera à 2 % en 2021, contre 3 % l’an dernier, tandis que le ratio dette/PIB augmentera légèrement pour atteindre 47,7 % en 2021, contre 45,4 % un an plus tôt. », a-t-elle ajouté. Toutes ses affirmations mettent en exergue l’importance du Port Autonome de Cotonou (PAC) qui est, rappelons-le, le principal centre d’activité économique du Bénin, c’est-à-dire le poumon économique du pays. Avec sa situation stratégique, le PAC facilite le transit des marchandises des pays voisins de l’Ouest, à l’mage du Togo vers les pays de l’hinterland comme le Mali. C’est aussi une explication de la création d’un secteur du commerce informel, tout en permettant également le développement de la logistique. « Le Bénin a l’intention de développer davantage cet atout, mais la corruption et la concurrence d’autres grands ports régionaux restent des obstacles importants à ses projets. », relève la Banque Mondiale. Raison pour laquelle le locataire du Palais de la Marina, à Cotonou, la capitale économique du Bénin, et son équipe se donnent à fond pour la dépendance énergétique du pays, se battent bec et ongles contre la corruption et réfléchissent chaque jour au sujet de la croissance démographique rapide du Bénin. Car il faut le dire, ce sont quelques-uns des obstacles à la croissance économique du pays. « Malgré de nombreux efforts pour le réduire, le taux de pauvreté reste élevé (40,2%) », selon le Programme des Nations-Unies pour le Développement (PNUD). Et l’Organisation Internationale du Travail (OIT) d’estimer qu’« en 2019, le taux de chômage dans le pays était de 4,9%. ».

Note 1: (e) Estimated data

Note 2: The GDP growth projections for 2021 and 2022 (Constant Prices, Annual % Change) were updated by the IMF in January 2021

Les principaux secteurs économiques du Bénin

La Banque mondiale donne une autre information très intéressante. « L’agriculture représente 26,9% du PIB et emploie environ 38% de la population active. », avancent les chiffres de l’institution en 2019. « Le pays possède des terres fertiles » et, selon le recueil d’indicateurs de développement de la Banque Mondiale, « 33,26% du territoire béninois est propice à l’agriculture ». À cela, s’ajoute environ la moitié de la population qui dépend de l’agriculture de subsistance, tandis que le coton est la principale culture et le principal produit d’exportation du pays. Le maïs, le manioc (manioc, tapioca), les ignames, les haricots, l’huile de palme et les arachides sont également sur le registre des cultures agricoles du Bénin. Quant au secteur industriel, il faut préciser qu’il est aussi quantitatif. « Le secteur industriel contribue à 16,3% du PIB et emploie environ 18% de la population active. », note la Banque Mondiale. Indiquons aussi que les textiles, l’agroalimentaire, les matériaux de construction et le ciment sont les principaux sous-secteurs du Bénin. Quant aux services, ils représentent 48% du PIB et près de 43% de l’emploi total du pays.

Be First to Comment

Laisser un commentaire

Mission News Theme by Compete Themes.