Press "Enter" to skip to content

Abomey-Calavi : Angélo Ahouandjinou et le CA d’Akassato rendent la vie difficile à la population riche de hautes personnalités

Photo : Le maire d’Abomey-Calavi, Angélo Ahouandjinou


Il y a un adage béninois qui dit littéralement, citation : « On ne donne pas la femme et donner encore le lit. », fin de citation. Mais l’administration communale d’Abomey-Calavi refuse de l’admettre et veut visiblement avoir les deux dons de la part des partenaires technique au développement du Bénin. En effet, une équipe de la rédaction differenceinfobenin.com et celle du journal quotidien « Différence Info » du Groupe de presse « DIFFÉRENCE » est descendue sur le terrain dans le cadre des douze (12) mois de gestion des affaires locales par le maire Angélo Evaris Ahouandjinou. Le visage que présente l’arrondissement d’Akassato, surtout Akassato Centre, laisse à désirer. Ce visage exprime visiblement l’inexistence d’une équipe communale soucieuse du développement à la base qu’indique la vision gouvernementale du président béninois Patrice Talon. Laquelle vision est fortement louée par les Partenaires Techniques et Financiers (PTF) du Bénin comme les États-Unis d’Amérique. Faut-il rappeler que le Centre de Distribution d’Électricité jamais construit au Bénin et rare dans la sous-région voir en Afrique sauf en Europe, est basé à Akassato. Un Centre déplacé du vieux continent grâce à la sorcellerie énergétique du digne fils de la capitale béninoise, Dona Jean-Claude Houssou. Si le peuple américain avait accepté accompagner cette sorcellerie énergétique béninoise à travers le Millenium Challenge Account avec un deuxième Compact pour le Bénin (MCA-Bénin 2), c’est bien l’expression de la confiance placée au chef de la Rupture dans sa vision du « Bénin Révélé ». Malheureusement, cette vision est en train d’être mise à mal par Angélo Ahouandjinou et le Chef d’Arrondissement d’Akassato, Appolinaire Hounguè.

Il est déplorablement constaté que l’équipe communale quatrième (4ème) mandature refuse de prendre le Nouveau Départ du développement durable qui embrasse la commune d’Abomey-Calavi avec les grands projets repartis sur plusieurs plans de la vie socio-économiques. En cause, la voie d’accès dans Akassato Centre, à savoir la voie bitumée communément appelé « goudron MOOV », soutient bien cette opinion. Comme on peut bien le lire, « MOOV », cette voie a été réalisée par l’opérateur de téléphonie mobile GSM, MOOV AFRICA, présent sur le territoire béninois. Ceci, dans le but d’avoir un accès facile à son antenne, relai de son réseau, implantée dans l’arrondissement d’Akassato. Une voie qui a un sourire cruel à celle étatique, interpelle plus d’uns. Eh bien, le goudron MOOV fait « T » à la route inter-état Cotonou – Bohicon. Ce point de contact des deux voies bitumées est un sérieux calvaire pour les riverains. Comme le montrent bien les images ci-dessus, la mairie d’Abomey-Calavi est incapable d’entretenir cette voie, notamment à sa sortie sur la voie nationale. Également impraticables, les voies menant sur la vons du Commissariat d’arrondissement d’Akassato (une voie qui tombe sur le carrefour pavé-Kérékou) ; sur le site du Centre de Distribution d’Électricité depuis le carrefour Pharmacie-Gninnin au Lycée Technique d’Akassato en passant par devant la Direction Départementale Atlantique de la Société Béninoise d’Énergie Électrique juste à côté du CEG Akassato et du nouveau marché en construction d’Akassato en face du terrain de football de la localité. Il est vivement déconseillé aux femmes enceintes de passer sur ces voies, sauf pour accoucher prématurément ou perdre la grossesse.

Akassato, le nid des hautes personnalités béninoises

Inutile de rappeler qu’Abomey-Calavi est la première ville au Sud-est après Cotonou, la capitale économique du pays. Dans les arrondissements cette commune dortoir du Bénin, résident plusieurs hautes personnalités. C’est le cas de l’arrondissement d’Akassato. La majorité de sa population, notamment Akassato Centre, est constituée des cadres et personnalités au sommet de l’État. Faut-il noter que le ministre béninois de l’Intérieur et de la Sécurité Publique, Dr Alassane Séïdou, réside à Akassato Centre. Aussi, on y retrouve la résidence de l’ex-Garde des Sceaux, ministre de la Justice sous le régime du feu Général Mathieu Kérékou, l’ex-Secrétaire Permanent de l’Organisation pour l’Harmonisation en Afrique du Droit des Affaires (OHADA), Prof Dorothée Cossi Sossa. Également, le Chef de Protocole du Président de la République, l’Ambassadeur Saturnin Fidèle Tonoukouin, réside à Akassato Centre. Mais le constat reste bien amer et devient de jour en jour mortifiant au regard des images ci-dessus. Qu’est-ce qui pouvait bien expliquer cet état de chose ? Seuls les conseillers municipaux Angélo Evaris Ahouandjinou et Appolinaire Hounguè pourront avoir la réponse.

Be First to Comment

Laisser un commentaire

Mission News Theme by Compete Themes.