Press "Enter" to skip to content

Palais des Gouverneurs : La loi de finances rectificative 2021 hautement sociale, adoptée à l’unanimité des députés

Photo : Le président de l’Assemblée nationale, Col Louis Gbèhounou Vlavonou (G) et le ministre d’État béninois chargé de l’Économie et des Finances, Romuald Wadagni (D), en mode salutation Coronavirus, à Porto-Novo, ce mardi 19 octobre


Convoqués par le président de l’Assemblée nationale, Col Louis Gbèhounou Vlavonou, pour donner l’accord du peuple sur la hausse du Budget général de l’État, gestion 2021, les députés de la huitième (8ème) législature ont répondu présent ce jour à l’hémicycle. À l’unanimité, ils ont adopté la loi de finances rectificative 2021 au cours de la plénière consacrée à cet effet qui a connu la présence du gouvernement à travers le ministre d’État béninois chargé de l’Économie et des Finances, Romuald Wadagni. Au Palais des Gouverneurs, ce mardi 19 octobre, le jeune argentier béninois était assisté de deux collègues en charge de la Justice et de la Législation, le garde des Sceaux Me Séverin Maxime Quenum, et celui de la Décentralisation et de la Gouvernance Locale, Raphaël Akotègnon (ancien parlementaire). À Porto-Novo, la capitale du Bénin ce matin, les travaux ont commencé par la lecture des communications et du compte-rendu de la dernière séance plénière, puis la Commission des finances et des échanges a donné lecture du rapport sur le projet de collectif budgétaire gestion 2021. D’après ce rapport, le projet de loi de finances rectificative pour la gestion 2021 s’équilibre en ressources et en charges à la somme de 2985,046 milliards Francs CFA, affichant clairement une hausse de 21,7 % hautement sociale par rapport à la loi de finances initiale. Selon les éclaircissements apportés par l’exécutif, plusieurs points de domaines d’intervention des actions de l’État expliquent cette hausse du Budget général de l’État, gestion 2021.

PNASI, une explication de la hausse du budget

Le premier touche un projet à caractère indiscutablement social initié par le gouvernement du président Patrice Talon pour améliorer l’accès à l’enseignement primaire et d’accroître le taux de rétention scolaire par la fourniture des repas chauds aux enfants. Pour les lecteurs de la rédaction differenceinfobenin.com et celle du journal quotidien « Différence Info » du Groupe de presse « DIFFÉRENCE », ils savent déjà qu’il s’agit bien du Programme National d’Alimentation Scolaire Intégré (PNASI). Donc, les dépenses additionnelles induites par l’extension dès cette année académique 2021-2022 du PNASI intégrées au Budget général de l’État, gestion 2021, en sont une explication. Les explications sont uniquement d’ordre social comme les moyens financiers supplémentaires nécessaires à l’accélération des travaux de desserte du territoire national en eau potable, ou encore les crédits nécessaires pour adresser les défis liés à la résurgence de la crise sanitaire mondiale liée à la pandémie de Coronavirus. S’ajoutent aussi bien les moyens nécessaires à l’accélération et à l’achèvement des travaux sur divers chantiers ouverts au titre du Programme d’Actions du Gouvernement (PAG 2016-2021). Toute action allant dans le sens de la vision hautement sociale du locataire du Palais de La Marina, à Cotonou, la capitale économique du Bénin, le président Patrice Talon, pour l’élaboration de ce budget. Soulignant « la pertinence des choix économiques et financiers opérés », la Représentation nationale a été obligé d’adresser, à la fin de la plénière, toutes ses salutations au chef de la Rupture et du Nouveau Départ ainsi qu’à son gouvernement.

Be First to Comment

Laisser un commentaire