Press "Enter" to skip to content

États-Unis : Joe Biden exclut 3 pays africains dont 2 occidentaux de la liste de l’Agoa

Photo : Le président américain, Joe Biden


Non. Le Bénin, pays de l’Afrique occidentale, que dirige de main de réformes ambitieuses et courageusement, Patrice Talon, depuis avril 2016, n’y figure pas. Il s’agit de trois pays africains que le président américain, Joe Biden, a annoncé ce mardi 2 novembre, son intention de retirer de la liste des pays bénéficiaires de l’Agoa. Deux parmi ces pays sont en Afrique de l’Ouest. Tous, des pays à histoire depuis juin dernier. Parlant déjà d’histoire, il faut noter le Mali et la Guinée sont des théâtres du coup d’état. Pour le premier, le président américain reproche aux autorités putschistes de ne pas garantir l’état de droit et de pluralisme politique déplorant que Bamako ne s’occupe pas des violations des droits de l’Homme sur son territoire. Washington pointe du doigt également, le non-respect, à Bamako, des droits des travailleurs internationalement reconnus. Même reproche à l’encontre des militaires au Pouvoir à Conakry où l’administration Biden indique l’absence de l’état de droit et de pluralisme politique.

Sauf une évaluation concluante

Rappelons que l’Agoa est une loi qui régit les relations commerciales entre les pays africains bénéficiaires et les États-Unis avec pour but de soutenir les pays africains en leur facilitant l’accès aux marchés américains. Mais à une condition : si ces pays africains suivaient les principes de l’économie libérale. Aussi, il faut dire que la liste des pays bénéficiaire de l’Agora est révisée tous les ans. Ainsi, dès le 1er janvier prochain, en plus du Mali et de la Guinée, l’Éthiopie doit en être exclu de la liste, sauf si l’évaluation que la Maison Blanche a précisé faire sur les éventuels progrès enregistrés au sujet de ces questions de préoccupation était concluante. La seule chance donc. Il convient de noter qu’en ce qui concerne le troisième pays, la rébellion en Tigré sévèrement réprimé dans le sang est mal vue par le 46ème président des États-Unis qui dénonce les violations brutales des droits de l’Homme internationalement reconnus.

Be First to Comment

Laisser un commentaire