Appuyez sur “Entrée” pour passer au contenu

Cotonou : Patrice Talon replonge les béninois dans leur identité historique, patrimoniale et touristique  

Photo : La partie supérieure de la statue de l’Amazone, en réalisation à Cotonou


Le chef de l’État béninois est né des entrailles d’une fille du royaume d’Abomey ; d’office, d’une princesse. Patrice Talon, de par sa gouvernance, notamment dans le secteur de la Culture, des Arts et du Tourisme, est quotidiennement fier d’avoir aussi le sang d’aboméen dans ses veines. Au regard de son combat de redonner à sa Patrie toute sa tribu, le président béninois a fait restituer par la France, les trésors royaux d’Abomey. Son audace, soulignée sur le plan international par le président français Emmanuel Macron, ne s’est pas arrêtée là. Le petit-fils du devin prête du Fâ, boconon Guèdègbé, premier homme de main du maître suprême du Fâ dans le royaume de Danxomè (Dahomey), babalawo DJISSA ; le démontre aussi bien nationalement. 

Statue de l’Amazone

Conscient que celui qui a perdu son histoire culturelle et patrimoniale, a tout perdu, le premier citoyen béninois a décidé de replonger ses concitoyens dans leur identité originaire afin de coller à leur histoire, patrimoine et tourisme. Pour ce faire, Patrice Talon et son gouvernement ont pris l’initiative d’ériger une statue dans la ville de Cotonou, la capitale économique du Bénin. Un Appel d’Offre a été lancé à cet effet. Au terme des consultations menées au plan national et international, c’est l’offre de l’artiste-sculpteur chinois, Li Xiangqun, de la société Beijing Huashi Xiangqun Culture et Art Co., Ltd, qui a été appréciée par Porto-Novo pour réaliser l’édifice historique. Historique, car il s’agit d’une statue de l’Amazone. Une identification guerrière coloniale qui fait résonner le nom de la reine Tassi Hangbé dans l’histoire du royaume du Dahomey où son règne n’a pas été compté parmi celle des souverains du Palais royal d’Abomey. 

L’armée créée par la reine Tassi Hangbé

Or, faut-il encore le rappeler que c’est cette dernière qui a créé l’armée des Amazones. Une redoutable armée, uniquement constituée de braves femmes, qui a donné du fil à retordre aux troupes de l’armée française lors de la conquête coloniale en Afrique. La reine Tassi Hangbé sera réhabilitée par le roi Ghézo. Et où, à Cotonou, Patrice Talon a vu juste que ce monument des Amazones peut-il être érigé ? En bien, derrière la Présidence, entre le Palais des Congrès de Cotonou (PCC) et le Port Autonome de Cotonou (PAC), sur le boulevard de La Marina. Mieux, c’est sur le site d’un autre monument historique dans la ville côtière béninoise, à savoir « La porte du retour des esclaves ». Comme quoi, spirituellement, le Bénin demeurera protéger, principalement, le siège du premier Pouvoir, l’exécutif. 

« Le monument Amazone vise à instituer un symbole identitaire fort pour notre pays, et consiste à ériger un ouvrage emblématique en hommage aux Amazones du Dahomey. »

MCAT

Le chantier a été lancé en 2019 et le Ministère de la Culture, des Arts et du Tourisme (MCAT) avait bien justifié l’importance de son existence. « Le monument Amazone vise à instituer un symbole identitaire fort pour notre pays, et consiste à ériger un ouvrage emblématique en hommage aux Amazones du Dahomey. », avait précisé le Compte rendu du Conseil des Ministres du mercredi 17 juillet 2019. « Il consiste en une statue en structure métallique avec une enveloppe en bronze d’une hauteur hors-tout de 30m. », avait présenté le gouvernement du président Patrice Talon. Environ trois ans plus tard, les travaux affichent une grande évolution. En cause, une semaine après l’anniversaire du président de la République, soit précisément le dimanche 8 mai, les béninois ont commencé par faire le constat. Les travaux ont amorcé la phase de finition laissant la statue de l’Amazone se dévoiler en partie. 

Défense de la Patrie

Le week-end dernier, c’est la partie supérieure de l’édifice qui a pris contact avec la vitrine du Bénin, montrant non seulement un visage plein d’amour, mais aussi de paix et surtout de guerrier avec en regard la défense de la Patrie, dont en première ligne, le royaume du Dahomey et son Roi. Les béninois, visiblement, laissent apparaître dans leurs manifestations, la sincérité de l’étroit lien avec leur identité originaire et refusent de ne pas coller l’image de la reine Tassi Hangbé à la femme dévoilée sans se poser de question sur une quelconque ressemblance du visage. Une chose est certaine, l’histoire en hommage est bien debout et se raconte peu à peu au grand bonheur du peuple béninois dans son impatience infinie de voir cette histoire totalement présentée. 

Un 1er août…

À travers cette louable, patrimoniale et touristique initiative du gouvernement de la Rupture et du Nouveau Départ, Patrice Talon est bien convaincu que l’histoire du Bénin Révélé qu’il est en train d’écrire méthodiquement depuis le mercredi 6 avril 2016, passe inévitablement par la culture du pays. La rédaction differenceinfobenin.com et celle du journal quotidien « Différence Info » du Groupe de presse « DIFFÉRENCE » veulent se permettre de demander au béninois de bien contenir leur forte dose d’émotions jusqu’à la fête nationale prochaine. Pourquoi pas un 1er août ? Ah oui, pour bien admirer la splendeur de cet hommage à la reine Tassi Hangbé que le développeur-né, Patrice Talon, s’apprête certainement à leur offrir un dans quelques mois. Ce serait la tout première célébration de l’accession du Bénin à la souveraineté nationale de son deuxième quinquennat que ces concitoyens lui ont donné en toute confiance à plus de 82% en avril 2021.

Soyez le premier a laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Mission News Theme by Compete Themes.