Appuyez sur “Entrée” pour passer au contenu

Gouvernance Locale : Sécurité, la préoccupation majeure du gouvernement Talon 2 à la 1ère Conférence des préfets au titre de l’année 2022

Photo : Le ministre béninois de la Décentralisation et de la Gouvernance Locale, Raphaël Akotègnon (M), et le ministre de l’Intérieur et de la Sécurité Publique, Dr Alassane Séïdou (D), à Djougou, ce jeudi 9 juin


La commune de Djougou, chef-lieu du département de la Donga, au Nord-Ouest du Bénin, abrite ce jour, la première Conférence des Préfets au titre de l’année 2022. Venus de tous les douze départements du pays, les autorités décentralisées étaient toutes présentes aux côtés des membres du Pouvoir central. Il s’agit notamment des patrons du Ministère de la Décentralisation et de la Gouvernance Locale (MDGL), Raphaël Akotègnon, et de son collègue du Ministère de l’Intérieur et de la Sécurité Publique (MISP), Dr Alassane Séïdou. Ces membres du gouvernement Talon 2 ont effectué le déplacement, ce jeudi 9 juin, à American City, dans la commune natale du ministre d’État béninois, chargé du Développement et de la Coordination des Actions Gouvernementales, Abdoulaye Bio Tchané. Tous les deux, dans la même vision du gouvernement du président Patrice Talon, ont, coude à coude procédé à la cérémonie d’ouverture des travaux de la première Conférence des préfets pour le compte de cette année qui est déjà à sa moitié.

Objectifs à l’horizon 2030

Il faut également noter la présence des cadres et acteurs de l’administration territoriale de notre pays. Durant 48 heures, ces préfets vont focaliser leurs réflexions sur les questions liées au développement politico socio-économique, locale, mais aussi territoriale, et surtout sur la préoccupation majeure de l’État béninois. Il s’agit bien de la question sécuritaire. C’est certainement l’explication du choix du département de la Donga pour accueillir ses assises des personnages politiques départementales. Inutile de rappeler que les attaques terroristes ont plus frappé dans cette partie du Bénin qu’ailleurs. Cependant, à partir de ce jeudi, les participants vont aborder les points sur la vie des départements et poser les diagnostics sur les facteurs potentiels de dysfonctionnement dans le secteur de la décentralisation et de la déconcentration susceptibles de compromettre significativement l’atteinte des objectifs des politiques publiques mises en œuvre à travers le Programme d’Actions du Gouvernement (PAG), et à l’horizon 2030, ceux du développement durable du Bénin. C’est ce qui ressort des moments forts de la cérémonie officielle d’ouverture des travaux des assises de Djougou, ce matin, avec notamment quatre interventions.

« Dans la Donga, plusieurs défis sur le plan sécuritaire et social restent à relever. Le déplacement des troupeaux, des bétails, reste une réalité. La menace de la paix provient des transhumants. »

Eliassou Aïnin Biao

La première est, naturellement, celle de la première autorité locale. Après avoir exprimé ses sincères gratitudes à l’égard des deux autorités gouvernementales, le préfet du département de la Donga a fait une description de la situation sur son territoire de commandement. « Dans la Donga, plusieurs défis sur le plan sécuritaire et social restent à relever. Le déplacement des troupeaux, des bétails, reste une réalité. La menace de la paix provient des transhumants. », a fait savoir Eliassou Aïnin Biao. Selon l’administrateur civil, les kidnappings synonymes de rançon est un autre problème à prendre au sérieux, plaidant auprès du Pouvoir central, le renforcement du dispositif sécuritaire dans le département de la Donga. Son intervention sera suivie de celle de la Direction de l’Administration d’État. « Cette conférence intervient conformément au Plan de travail du Ministère de la Décentralisation. », a précisé Ghislaine Kpossa qui introduit son patron. En délivrant son discours de lancement officiel des travaux, le ministre béninois de la Décentralisation et de la Gouvernance Locale a souligné que la conférence se tient dans un contexte marqué entre autres, par la recrudescence des actes de terrorisme dans la partie septentrionale du Bénin et les conflits entre éleveurs et agriculteurs liés au phénomène de la transhumance.

« Cette première rencontre au titre de l’année 2022, coïncide avec la mise en œuvre de la réforme structurelle de la décentralisation avec la prise d’une part, de fonction de principaux responsables administratifs et techniques des mairies et d’autre part, de plusieurs décrets d’application du code de l’administration territoriale. »

Raphaël Akotègnon

Le ministre est allé loin. « Cette première rencontre au titre de l’année 2022, coïncide avec la mise en œuvre de la réforme structurelle de la décentralisation avec la prise d’une part, de fonction de principaux responsables administratifs et techniques des mairies et d’autre part, de plusieurs décrets d’application du code de l’administration territoriale. », a indiqué le chef des préfets. Raphaël Akotègnon n’a pas ouvert les travaux sans avoir mis un accent sur « la crise économique mondiale dont les prémisses se ressentaient déjà avec les séquelles de la pandémie de Covid-19 aujourd’hui aggravée par la guerre en Ukraine ». Une crise qui a d’ores et déjà des effets sur les projections de l’année dans tous les aspects de la vie socio-économique du Bénin, selon le patron du MDGL qui a écouté son collègue du MISP sur le terrorisme dans notre pays. Dr Alassane Séïdou est notamment revenu sur les mesures fortes prises par le gouvernement du président Patrice Talon pour faire face à ce défi sécuritaire à travers la modernisation des équipements de dernière génération.

« Face à toutes les mutations structurelles et conjoncturelles exogènes et endogènes observées ces dernières années, l’administration en général et plus particulièrement départementale est astreinte à un véritable changement de paradigme et de logique d’intervention pour répondre plus efficacement aux besoins des populations. »

Raphaël Akotègnon

Ce qui a rassuré les participants à bien suivre les derniers mots du discours du successeur du ministre de l’Intérieur et de la Sécurité Publique au Ministère de la Décentralisation et de la Gouvernance Locale. « Face à toutes les mutations structurelles et conjoncturelles exogènes et endogènes observées ces dernières années, l’administration en général et plus particulièrement départementale est astreinte à un véritable changement de paradigme et de logique d’intervention pour répondre plus efficacement aux besoins des populations. » a déclaré Raphaël Akotègnon, relevant combien l’administration est souvent le vent de réformes compte tenu de certaines exigences. Il convient de noter que la première Conférence des Préfets au titre de l’année 2022 prend fin demain, vendredi 10 juin.

Soyez le premier a laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Mission News Theme by Compete Themes.