Lutte contre la corruption et l’impunité au Bénin : poursuites judiciaires contre deux greffiers

Le conseil des ministres du mercredi 20 février 2019 au Bénin a fait une fois encore parler de la rigueur de l’actuel gouvernement béninois. En effet, après l’affaire dite domaniale, qui a fait perdre à deux (02) proches du chef de l’Etat béninois, Patrice Talon, leur poste, à savoir le Préfet du département du Littoral, Modeste Toboula (en prison) et le ministre de la Décentralisation, Barnabé Dassigli (limogé), c’est le tour des professionnels du droit d’être frappés par Gouvernement de la Rupture.

Alors qu’on parlait encore du cas Abou Seïdou, greffier en chef au tribunal de Cotonou pour un dossier de milliard, d’autres acteurs du droit, eux aussi greffiers, tombent dans les mailles du Gouvernement de la Rupture. À en croire le compte rendu du conseil des ministres du mercredi 20 février 2019, le Gouvernement béninois a décidé d’engager des poursuites judiciaires contre deux greffiers spécialistes de consignation de fonds publics dont ils bénéficient indûment des intérêts générés.

Mais qui sont ces derniers ? Il s’agit notamment de Didier Sèmèvo, ancien greffier en chef au Tribunal de Première Instance de Ouidah (environ 178 millions FCFA d’intérêts indûment empochés) et Brice Dossou-Yovo, ancien greffier en chef au Tribunal de Première Instance d’Abomey (environ 8 millions FCFA). Dans ce domaine de gestion de fonds publics, il n’y a pas que ces deux professionnels du droit suscités. En occurrence au Tribunal de Première Instance (TPI) de Porto-Novo, en ce qui concerne la confection frauduleuse d’actes de greffe et création de réseaux parallèles de collecte de fonds de greffe, des sanctions administratives sont retenues contre neuf (09) greffiers dont les nom suivent :

  • Jacques Marie Agoï ;
  • Étienne Ahonahin ;
  • Alexandre Azélokonon ;
  • Christophe Tchéou ;
  • Prosper Djossou ;
  • Brice Dossou-Yovo ;
  • Félicien Fatondji ;
  • Donatien Vigninou ;
  • Bernard Zinsou.

Le PDG de la société CTPS, Magloire Saizonou, celui des Mèches NINA Nazaire Gnanhoué, le représentant au Bénin des produits COOKZEN et du Champagne Trouillard ainsi que l’ancien Secrétaire permanent de la Commission nationale des Affaires domaniales (CNAD) du ministère en charge de la Décentralisation et ayant agi en qualité de géomètre en charge des travaux de lotissement, Clément Dari, sont tous également mis en prison.

On retient simplement que la lutte contre la corruption et l’impunité engagé par le chef de l’État béninois, n’a pas de limite.

Laisser un commentaire

Abonnez-vous au fil d'information