Sécurité dans l’Ouémé : calmement et méthodiquement, la volonté du Préfet Joachim Apithy se concrétise

« (…) Nous devons à partir d’ici, prendre des dispositions subséquentes de préserver la paix dans nos communes respectives, gage de tout développement. (…) Chacun de nous doit, dès cet instant, se considérer en apôtre de la paix en mission, de jour comme de nuit, de toutes les contrées de notre département ». C’est en ces termes que le Préfet du département de l’Ouémé, Joachim Apithy, exprimait sa volonté aux membres du Conseil Départemental de Concertation et de Coordination (CDCC), le mercredi 30 janvier 2019, à Porto-Novo.

Les consignes sur le plan sécuritaire du Préfet du département de l’Ouémé, Joachim Apithy, se suivent à la lettre. Le mercredi 30 janvier 2019, en présidant la toute première session ordinaire du Conseil Départemental de Concertation et de Coordination (CDCC) de l’Ouémé, l’autorité préfectorale a mis un accent particulier sur la sécurité des populations dans le département de l’Ouémé. Il a signé, persisté et suscité l’intérêt des membres du CDCC, notamment du Directeur Départemental de la Police Républicaine (DDPR) Ouémé sur cette préoccupation de sécurité, qui lui est très chère. Pour Joachim Apithy, aucune violence et autre forme de barbarie ne seront tolérées sur son territoire de juridiction. À cet effet, le premier commandant du département de l’Ouémé a donné des consignes fermes et stricts aux éléments de la Police Républicaine dirigé par le jeune dynamique et rigoureux, Gaudens Sègbo, pour conjuguer au passé les actes qui entachent la paix et la quiétude des populations de l’Ouémé.

Parfaite collaboration des services de l’État

Aujourd’hui, le démantèlement du plus grand réseau de braqueurs de motos lui donne raison. Le deuxième grand démantèlement de criminels vient d’être fait en l’espace de deux semaines, encore mené par le commissariat d’Ekpè. Cette unité de la Police Républicaine a mis la main sur trois braqueurs ce lundi 18 mars 2019 à Ekpè et Djeffa. Ces braqueurs ont plus de 120 braquages à leur actif dans plusieurs départements. Selon les détails de source policière, le premier des hors-la-loi interpellé est Sèdjro Coffi Mètozoun, le plus grand criminel qui opère très souvent dans Tori. Lors de son interpellation, deux (02) pistolets, plusieurs cartouches de balle, une machette et une moto volée, ont été retrouvées. Du côté des deux autres divorcés de société, Kintossou Mètonou et Nestor Kountessi, au moment de leur interpellation, ils avaient sur eux un pistolet, plusieurs cartouches de balle, cinq (05) machettes bien aiguisés tachetées de sang puisque ayant servi à blesser grièvement lors des braquages, plusieurs motos et objets volés. Tous les trois, de nationalité béninoise.

Résultats quantitatifs du démantèlement

À leur possession, en somme, on note :

  • trois (3) pistolets de fabrication artisanale ;
  • quatorze (14) munitions de calibre 12 ;
  • six (6) machettes ;
  • quatre (4) motos ;
  • deux (2) ordinateurs ;
  • six (6) portables de différentes marques ;
  • deux (2) postes téléviseurs écran plasma volés à plusieurs endroits, pendant leur braquages et cambriolages nocturnes.

En plus de tout ça, on note également à leur possession, une découverte d’un important arsenal occulte composé d’amulettes et de gris-gris des plus dangereux. Les braqueurs, faut-il le préciser, ont reconnu avoir toujours opéré dans la Commune d’Abomey-Calavi, notamment à Tori, Hêvié, Pahou, Godomey, et aussi dans la Commune de Cotonou. Les délinquants ont affirmé que le département de l’Ouémé leur serve d’arrière-base mais n’échappe pas à leurs opérations de braquages. 120 et plus de motos volés, ont-ils estimé.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

La suite des investigations

À l’heure actuelle, les commanditaires et receleurs de ces braqueurs ainsi que d’autres auteurs et complices de leurs opérations, sont activement recherchés. Les investigations se poursuivent à ce propos. Les plus recherchés par les éléments du DDPR Ouémé, Gaudens Sègbo, sont les fournisseurs d’armes et de munitions de ces hors-la-loi. Selon la même source, les portables des braqueurs sont déjà remis à l’Identité Judiciaire (IJ) en vue exploration plus approfondie. En ce qui concerne le grand nombre de victimes, leur identification est en cours. Car les identifier est bien capital. C’est peut-être trop tôt de saluer la stratégie de maintien de l’ordre du nouvel Adjoint au Commissaire du commissariat d’Ekpè, le jeune infatigable, Noudegbessi Edmond.

L’aide de la presse

Le Procureur de la République près le Tribune de Première Instance (TPI) de Porto-Novo est déjà informé de l’arrestation de ces divorcés de société. Il faudrait également que les Procureurs des deux autres Communes, à savoir Cotonou et Abomey-Calavi soient informés au même titre que leur collègue de Porto-Novo. Pour notre part, le Préfet de l’Ouémé, le DDPR Ouémé, le Procureur de la République près le TPI Porto-Novo et autres, peuvent d’ores et déjà compter sur notre participation. L’aide de la presse ne vous fera nullement défaut. Surtout celle du Groupe de presse DIFFÉRENCE, notamment de differenceinfobenin.com, pour alerter les nombreuses victimes des actes horibles de ces délinquants.

1 thought on “Sécurité dans l’Ouémé : calmement et méthodiquement, la volonté du Préfet Joachim Apithy se concrétise

Laisser un commentaire

Abonnez-vous au fil d'information